L’affaire Amanda Todd révèle l’horreur et les dangers d’Internet

L’affaire Amanda Todd révèle l’horreur et les dangers d’Internet

     Mercredi 10 octobre, Amanda Todd se suicide. L’adolescente canadienne de 15 ans était harcelée depuis des mois. Elle avait posté une vidéo sur youtube le 7 septembre pour crier son mal-être. Mais sa détresse ne trouvant pas d’échos, la jeune fille met fin à ses jours.

Piégée, puis harcelée par un internaute, elle se suicide.

     Dans la vidéo, Amanda raconte son histoire à travers des petits mots écrits sur des bouts de papiers.
A l’âge de douze ans, manquant d’amis, la fillette se rend sur des chats et des forums. Elle discute alors avec un internaute qui la persuade de lui montrer ses seins à la webcam. L’enfant accepte, et l’inconnu enregistre les images. Depuis ce jour, l’homme n’aura de cesse de la poursuivre. Il diffuse les images sur facebook, les envois à la famille d’Amanda, à ses professeurs, à ses camarades de classe. Il en veut plus. Cela ne lui suffit pas. L’inconnu fait du chantage à Amanda, il veut qu’elle lui « fasse un show ». Il lui de demande de se dévêtir entièrement devant le webcam. Lorsqu’elle refuse, il diffuse les photos.Amanda Todd

     La jeune fille a changé successivement d’école, mais le harceleur la retrouve toujours et le cauchemar recommence.

Amanda est rejetée, pointée du doigt, victime de moqueries, elle se renferme. Mois après mois, la dépression la gagne et la jeune fille se met à boire, à se droguer. Elle s’enfonce dans son mal être.

Le drame se produit suite à une déception amoureuse. Amanda s’intéresse à un jeune garçon de son école, mais celui-ci, déjà engagé dans une relation, l’éconduit. Jalouse, la petite amie du garçon en question l’agresse à la sortie des cours suivit par un petit groupe de copines. À l’hôpital, le harceleur envois des messages haineux à Amanda et l’encourage à se suicider.

La vidéo s’achève par un appel au secours désespéré : « Je n’ai personne. J’ai besoin de quelqu’un. Mon nom est Amanda Todd. »

Vengée par les Anonymous.
540z-8GYj4sOuf1sCi6pSJ-2ihE     Quelques jours plus tard, les Anonymous, le groupe de hackers, publie une vidéo dévoilant le nom et l’adresse du harceleur présumé avec ce message :

« Chers citoyens, nous faisons une annonce solennelle pour vous révéler l’identité du harceleur d’Amanda Todd. Sur notre site vous trouverez un lien vers toutes les données personnelles de cet individu. Kody Maxson est une abomination pour notre société et il sera puni. Nous sommes les Anonymes, nous sommes une communauté, nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas ! « 

Kody Maxson, habitant de Vancouver de 32 ans, aurait publié des photos d’Amanda sur une site pédophile.

Une vague sur les réseaux sociaux.

     Le jour de sa mort, une page facebook lui a été dédiée et des centaines de milliers de messages affluent.

Mais certains internautes menacent et de faire justice eux-mêmes… la police a du placer Kody Maxson sous protection le temps de l’enquête. Certains médias affirment que les pirates informatiques se seraient trompés.

L’homme a avoué connaître Amanda mais dément le harcèlement, il aurait dénoncé le véritableAmanda Todd facebook coupable à la police, mais l’information n’est pas sûre. Les rumeurs commencent à enfler sur Internet.

La dérive.

     Le sergent Peter Thiessen de la gendarmerie royale du Canada explique les difficultés que rencontre l’enquête : « L’un de nos plus gros défis aujourd’hui est la diffusion de fausses informations par des personnes qui tentent d’utiliser l’histoire d’Amanda pour faire du mal ou en tirer un bénéfice. »

     En effet, la dérive a déjà commencée : un homme ayant fait un commentaire désobligeant sur la mort d’Amanda sur facebook, a été dénoncé par une internaute à son employeur. Outrée par ses propos, l’internaute a recherché la page facebook de l’employeur et lui a transmis le commentaire, celui-ci a immédiatement licencié l’auteur du message.

La claque.
TuXAsx1tX7O0y-gUdIF11YWQie4     Cet événement a le mérite d’avoir alarmé les pouvoirs publics sur le cyber-harcelement qui échappe encore à la loi. Christy Clark, Première Ministre de la province de Colombie-Britannique, relance le débat et propose d’engager une discussion nationale afin de faire reconnaître la cyber-intimidation comme un délit puni par la loi.

Au Canada comme partout, le cyber-harcèlement peut toucher tout le monde, et ne s’arrête jamais. Tout enfant ou adolescent, encore ingénu où en proie au mal être adolescent, peut tomber dans le piège et se faire happer dans cette spirale de torture mentale. Les prédateurs sexuels ne manquent pas d’idées pour faire passer leur demande comme légitime, et ainsi embrouiller l’esprit de la victime afin d’arriver à leur fin.

L’acte des Anonymous venge certes la jeune Amanda, mais au_delà des faits, regardez de plus près. Les mots sont durs. Tranchants. Haineux. « Kody Maxson est une abomination  pour notre société et il sera puni . Nous sommes les Anonymes, nous sommes une communauté, nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas! »

L’utilisation de l’anaphore1 amplifie la violence des propos à chaque virgule. Ne trouvez vous pas cela effrayant ? « Nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas ».

Rien n’est effacé sur Internet, il reste toujours des traces. Internet sait.

« Nous n’oublionXLkhL7VQVbuxB-B7mzuhnIULitAs pas, nous ne pardonnons pas »

Internet sait. Internet sait tout. Et les Anonymous savent trouver sur Internet.

« Nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas. »

“Big Brother is watching you.”

Note : Cet article a été réalisé pour le blog du cyberlocal (aujourd’hui inactif) et il m’avait été demandé d’ajouter un avis personnel sur le thème abordé dans chaque article.

anaphore : figure de style qui consiste à répéter un mot ou groupe de mots au début ou à la fin de plusieurs énoncés.

Sources :

http://news.fr.msn.com/m6-actualite/monde/amanda-todd-le-suicide-dune-ado-harcel%C3%A9e#image=12

http://www.france24.com/fr/20121017-canada-le-suicide-damanda-todd-met-reseaux-sociaux-sellette

http://www.france24.com/fr/20121016-canada-vancouver-amanda-todd-suicide-adolescente-harcelement-internet-sexuel-youtube-seins-

http://www.france24.com/fr/20121018-canada-harcelement-internet-anonymous-joue-justiciers-affaire-amanda-tood

http://www.terrafemina.com/societe/international/articles/18455-cyber-harcelement-le-suicide-damanda-todd-bouleverse-le-canada.html

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. entre17murs
    Avr 14, 2013 @ 20:06:09

    … en effet, ça fait beaucoup de bruit sur le web, c’est malheureux ce qui est arrivé à cette fille.

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :