Codex Aléra, T2 Les Furies de l’Academ – Jim Butcher

Codex Aléra

T2 Les Furies de l’Academ

Jim Butcher

Codex Aléra, T2 Les Furies de l’Academ – Jim Butcher

OOO Depuis des siècles, les habitants d’Aléra s’aident des furies – les forces élémentaires de la terre, de l’air, du feu, de l’eau, du bois et du métal – pour protéger leur monde des agressions. Mais nulle furie ne peut les sauver des dangers qui les menacent de l’intérieur. Une mystérieuse attaque venue de par-delà l’océan a affaibli le Premier Duc. S’il perd le trône, une sanglante guerre civile sera inévitable. La responsabilité de parer les tentatives d’assassinat et les trahisons au sein du cercle d’espions du Premier Duc retombe sur les épaules de Tavi, le seul homme dépourvu de furies…

OOO Les Furies de l’Academ est une suite tout à fait à la hauteur du premier tome.
Comme le premier volet, la trame principale est divisée en deux dangers tout aussi immédiat l’un que l’autre : un danger politique, et un ennemi à combattre.
Souvenez-vous, à la fin du premier tome, Gaius, le Premier Duc, souverain du royaume d’Aléra, avait offert le statut d’Exploitante à Isana.
Cependant dans ce deuxième tome (qui se déroule deux ans après), on va découvrir que cela entraîne beaucoup de tensions politiques dans la haute société puisque cela lui donne le titre de Citoyenne, un fait sans précédent dans l’histoire du royaume, une femme considérée comme l’égale d’un homme.
Le royaume est instable, autant intérieurement qu’extérieurement.
OOO Intérieurement, Gaius perd l’appui du Consorsium des Esclavagistes, car les femmes coûtent désormais aussi cher que les hommes et sont donc autant taxées, ce qui engendre de fortes perturbations économiques. De plus, tous les Hauts Duc sont toujours à l’affût du moindre faux pas du souverain pour le renverser, notamment le Haut Duc Kalarus (ignoble rustre misogyne) et le Haut Duc Aquitainus et sa femme. Le coup d’État est proche.
OOO À l’extérieur, des ennemis soufflent d’immenses ouragans vers les frontières d’Aléra, obligeant ainsi le Premier Duc à se rendre dans sa salle de méditation tous les soirs, afin de calmer les vents déchaînés à l’aide de ses furies. Il s’épuise, et lorsque Tavi (devenu son page personnel) s’inquiète de son état de fatigue, Gaius perd soudainement son calme et lui explique furieusement la situation du royaume : une seule erreur plongera le royaume dans une guerre de succession pour accéder au trône et donc à une guerre civile. La scission entre les villes diviserait le royaume et l’affaiblirait, devenant ainsi une proie facile face aux ennemis du royaume tel que les Hommes de Glace ou les Canims. Le Premier Duc s’énerve tellement qu’il s’effondre dans le coma… et ne se réveille pas. Si la nouvelle que Gaius est souffrant se propage, les Hauts Duc se jetteront sur l’occasion, la guerre de succession éclatera immédiatement et, par conséquent, la guerre civile aussi ; personne ne doit avoir connaissance de l’état de santé du souverain… Tout repose encore une fois sur les épaules de Tavi.
OOO Parallèlement, Doroga arrive sur le dos de Marcheur, accompagné de deux cent soldats épuisés par une gigantesque bataille, survivants d’une armée de deux mille Marats. Ils viennent prévenir le comte de Calderon, Bernard, d’une grande menace qui pèse sur le royaume. La créature en sommeil dans la forêt de cire s’est éveillée… elle s’est multipliée et divisée en trois nids pourvus d’une reine chacun. Les Marats n’ont pu détruire qu’un nid avec sa reine, il reste un nid au mont Garados, dans la vallée de Calderon. L’autre reine s’est dirigée vers la ville, vers Tavi…
Amara et Bernard partent donc à la poursuite des vordes (monstrueux métamorphes s’appropriant le corps de ses victimes) tandis que Isana se rend à la Capitale prévenir le Premier Duc pour qu’il envoie des renforts de toute urgence au maigre contingent de Garnison déjà en route vers une mort certaine…

OOO Ici encore, on suivra le fil de l’histoire par l’intermédiaire de groupe de personnages : Tavi et ses amis à Aléra, Isana en route vers la capitale, et Amara et Bernard filant vers le mont Garados accompagnés des meilleurs soldats de Garnison. Parfois, on croise aussi les méchants Fidélias et Dame Invidia, la femme d’Aquitainus, redoutable manipulatrice politique. Mais les méchants sont-ils si méchants ? N’y a t-il pas pire ? L’auteur sème le doute tout au long des pages.
OOO Étant donné que le deuxième tome ne nous jette pas directement au cœur de l’action, on y trouve un peu plus de sentiment et ce n’est pas pour nous déplaire car on apprend enfin à mieux connaître les personnages. Ainsi, on découvre la haine qu’Isana cultive contre un grand personnage en secret, elle chérit ce sentiment comme tout ce qui lui reste de son passé (passé qui est ici seulement suggéré et dont nous n’avions pas connaissance dans le premier tome). On découvre aussi les sentiments de Bernard et Amara, ainsi que l’étendue de la bonté de cœur de Tavi.
OOO De nouveaux personnages émergent et se révèlent tout aussi brillants que les premiers : Sire Miles, le commandant en chef des armées du Premier Duc mais aussi le frère de Araris Valérien… , Maximus Antillar, grand ami de Tavi et fervent défenseur de la Couronne, Maestro Killian, Erhen etc…
On retrouve aussi avec exaltation la belle Kitaï dans un rôle très seyant au milieu du roman. Les éléments interrogateurs autour d’un certain moment posé dans le premier tomes prennent forme…
OOO L’action est au rendez-vous, elle commence par s’infiltrer en douceur, puis bat sourdement à vos oreilles, pour finir en apothéose à la fin du livre. Bref, à la fin, nous sommes à bout de souffle, mais ravi de l’issue du roman.
Enfin, les intrigues sous-jacentes sur Ombre et les origines de Tavi évoluent mais trop peu à notre goût. En effet, l’histoire d’Ombre se trouve éclaircie mais bizarrement volontairement étouffée par les autres personnages, tandis que le voile est levé sur l’identité de la mère de Tavi. Celle de son père en revanche, n’est que suggérée…

OOO En résumé, c’est une suite qui colle parfaitement au premier livre et j’ai adoré. En revanche, on attend maintenant le moment où la vérité éclatera, à propos d’Ombre, de Tavi, on attend que les intrigues secondaires sur les personnages soient mises au premier plan.

Chronique tome 1 : Les Furies de Calderon
Chronique tome 3 : La Furie du Curseur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :