Codex Aléra, T3 La Furie du Curseur – Jim Butcher

Codex Aléra

T3 La Furie du Curseur

Jim Butcher

    La corruption menace de détruire le royaume d’Aléra à tout jamais… Assoiffé de pouvoir et de richesse, Kalarus mène la rébellion contre le Premier Duc. En s’alliant avec un féroce ennemi du royaume, il déclare la guerre à Aléra.
    Sur les ordres de son oncle, le jeune Tavi infiltre une légion et met en œuvre ses talents de Curseur et d’espion. Sa mission: réunir des informations sur le traître Kalarus. Il est loin de se douter que cette légion inexpérimentée et mal équipée sera bientôt la seule force qui puisse sauver Aléra d’une ruine certaine.

OOO Souvenez-vous, à la fin du tome précédent, Tavi  était parvenu à déjouer l’invasion des vordes, orchestrée par les créatures avec l’aide de Sarl, le Canim sous les ordres de Varg. Malgré les recherches, le traître avait réussi à s’enfuir et l’ambassadeur avait été emprisonné dans la Tour Grise.

OOO Deux ans plus tard, Tavi a terminé sa formation de Curseur de la couronne à l’Académie d’Aléra.
Le roman commence par une partie de ludus entre Tavi et Varg. Une scène apparemment anodine, mais qui prendra toute son importance par la suite.
OOO Après avoir lu une analyse, finement réfléchie, sur la situation du royaume rédigée par Tavi, Gaïus décide de passer à l’action. Par un moyen détourné, une fausse lettre est envoyée intentionnellement à Kalarus, stipulant que Gaïus a l’intention de se réconcilier avec le Haut Duc Aquitainus et qu’il souhaite le reconnaître comme successeur officiel. Le but était de provoquer Kalarus, le poussant à agir contre la couronne plus tôt qu’il le prévoyait, afin que le Premier Duc puisse le défaire.
Et ce stratagème va fonctionner… sauf que personne ne s’attendait à affronter autant de forces réunies !
OOO Tavi est ensuite envoyé loin de la capital pour effectuer sa première mission de Curseur. Cette mission le privera malheureusement de sa réunion de famille à Céres, c’est donc le cœur lourd que le jeune homme s’éloigne de la Capitale, et de l’ambassadrice Marate…
Mais une fois de plus, les événements vont attribuer à Tavi la responsabilité du sort du royaume et l’entraînent au centre de l’action.

OOO Ce troisième tome se distingue des autres pour plusieurs raisons.
Tout d’abord, le schéma narratif n’est pas le même : ici pas d’élément déclencheur d’une suite d’actions haletantes et presque sans temps morts jusqu’à la fin du roman. Cette fois, l’histoire se déroule sur plusieurs semaines. On remarque par ailleurs, que l’auteur a du mal à exprimer cette temporalité ; les indices de temps sont assez imprécis et, au début du roman, on se demande souvent combien de mois ou de jours se sont écoulés depuis le dernier événement propre à un protagoniste. Les scènes de batailles sont donc quelque peu espacées, et, pour notre plus grand plaisir, les intrigues sous-jacentes des tomes précédents sont enfin développées.
En effet, les origines de Tavi sont avérées (pour les lecteurs qui en doutaient, mais pas pour les autres personnages) et Ombre est à l’honneur dans cet épisode de la série, on le découvre plus magnifique que jamais.
OOO De plus, au fur et à mesure des pages, on assiste en détails à l’évolution du personnage principal. On prend vraiment conscience de sa maturité. Il n’est plus le jeune berger frêle de Calderon, c’est un homme fort et courageux qui force l’admiration de tous.
OOO Toutefois, la multitude de personnages nécessite, comme dans les tomes 1 et 2, un découpage stratégique. Ainsi, nous suivons parallèlement les péripéties de : Bernard et Amara, Ombre et Isana, et de Tavi et ses amis. En revanche, on remarque que les chapitres ne sont pas alternés aussi régulièrement que dans les tomes précédents, mais cela est nécessaire au déroulement de l’action et ce n’est pas du tout dérangeant. Au contraire, cela nous procure une sorte de petit suspens : à chaque fois que l’on arrive à la fin du chapitre, on se demande si on va changer de groupe de personnage ou non, et lorsque certains tardent à réapparaître, on se demande vraiment ce qui s’est passé depuis qu’on les a quitté.
OOO Enfin, on y trouve une légère touche d’humour, très inattendue, et qui a pour effet d’humaniser le Premier Duc.
Il reste à noter que l’intrigue principale du roman ne se termine pas complètement cette fois ; ce troisième tome est donc indissociable du quatrième.

OOO Personnellement, j’ai été très surprise que Tavi soit élevé si haut dans cette histoire, et je trouve que c’est le meilleur tome de tous. Ce n’est peut-être pas le plus haletant de suspens et le plus irrésistiblement accrocheur, mais c’est le plus fort et le plus beau de tous !
L’épilogue est absolument fantastique et recèle de surprises qui nous laissent complètement stupéfaits ! C’est absolument génial, je l’ai relu une bonne dizaine de fois.

Chronique tome 4 : La Furie du Capitaine
Chronique tome 2 : Les Furies de l’Academ

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :