Arthamios, tome 1 Chronique d’un esprit vagabond – Luc Van Lerberghe

Arthamios

Tome 1 Chronique d’un esprit vagabond

Luc Van Lerberghe

Arthamios
OOO Je vais commencer cette chronique un peu fort : NE NOUS ARRÊTEZ PAS AU RÉSUMÉ ET À LA COUVERTURE de ce roman qui sont absolument pourris !
OOO Voilà, maintenant que je l’ai bien hurlé, je peux m’expliquer calmement 🙂 .
Tout d’abord le résumé est un aperçu des pensées de Salarios (le méchant), alors que celui-ci n’est qu’une pièce de l’histoire, certes très importante, mais une pièce tout de même ; ce n’est pas lui que nous suivons principalement. Le résumé est donc, à mon sens, totalement inapproprié.
Ensuite la couverture ne donne pas du tout envie non plus de s’attarder sur ce roman. Le maronâtre, couleur de la boue, rebute fortement le lecteur. Pour tout vous dire, je me suis tellement peu attardé dessus que je n’avais même pas remarqué qu’il y avait un bonhomme sur la créature ailée (je l’ai vu au tiers du livre !) et en plus c’est la même visuel sur le première de couverture que sur la quatrième. Je pense que si l’auteur ne m’avait pas contacté pour me proposer de chroniquer son roman, je ne l’aurais pas choisi sur les étagères d’une librairie.
OOO Bien heureusement, je suis allé plus loin que ma première impression car ce roman vaut largement la peine d’être lu.

OOO Je vais donc proposer mon propre résumé, agrémenté d’une petite citation (située au début du roman) :

     Tombé d’un arbre gigantesque au milieu d’une forêt inconnue, le jeune Arthamios est frappé d’amnésie ; il se rappelle seulement son prénom. Blessé et perdu, il rencontre un géant, du nom de Rahauric, qui lui vient rapidement en aide. Il soigne ses blessures et le mène au village le plus proche dans l’espoir qu’une personne reconnaîtra Arthamios. Mais la rencontre avec le dirigeant du village ne se passe pas comme prévu et les événements dégénèrent rapidement…

« Saisi par la peur depuis le début, il sentit en une fraction de seconde un feu dévastateur enflammer ses tripes. Instinctivement, il étendit le bras pour parer le coup. La lame se figea avant même d’avoir touché la toile de son manteau et le soldat fut projeté en arrière. »

OOO Ce roman fourmille d’originalités et d’imagination.
On y trouve de nombreuses créatures majestueuses autant qu’effrayantes, comme les translopodes ou les izgards. Il est très plaisant d’évoluer dans un univers peuplé de races que nous ne connaissons pas toutes (les Fourins, les Mentrools…) aux coutumes, aux modes de communication et aux apparences si diverses et étonnantes. En contrepartie il nous faut assimiler beaucoup d’informations sur elles mais la précision des explications montre la profondeur de l’univers qu’à su créer l’auteur. Un univers complet, riche et cohérent.
OOO Je regrette par contre que la carte ne soit disponible que via un QRCode, cela privilégie une catégorie de lecteurs tout en excluant les autres et je ne pense pas que ce soit un choix judicieux, notamment lorsqu’on est encore peu connu.

OOO Rahauric est un personnage très attachant, tandis que, par ses actes, Arthamios se révèle très brave dès le départ – ce qui nous amène à développer une très bonne opinion de lui. Son amnésie en revanche, ne le taraude pas souvent car la découverte et la maîtrises de ses capacités l’accaparent totalement ; par la suite les événements ne lui donneront pas non plus le loisir de se tracasser au sujet de ses origines.
Amania est une jeune fille caractérielle, parfois énervante mais qui vous réserve parfois des surprises ahurissantes. Tandis que l’autre héroïne… (dont je tairai le nom afin de ne pas spoiler) est presque trop parfaite.
En revanche la fameuse Rachel (citée dans le résumé original) se révèle décevante.  Mais son attitude ajoute une réelle difficulté au petit groupe hétéroclite des héros qui s’en sortaient presque trop bien par moments. Ses actions vont donc corser la quête des personnages.
OOO Du coté des personnages secondaires masculins, Aqualis et les autres sont des éléments utiles au bon déroulement de l’histoire, sympathiques, originaux et bienveillants.

OOO Une bonne partie du début du roman sert à poser les bases, ce qui dénote une certaine platitude. L’histoire est un peu molle et gentillette mais les événements qui suivent rattrapent largement ce léger sentiment d’ennuis. Le second tiers du roman fait office de pivot et laisse place à un dernier tiers mouvementé. Le roman devient de plus en plus accrocheur au point qu’on s’étonne de la rudesse des coups portés aux héros.
La plume de l’auteur est agréable et se lit facilement. Parfois des surnoms d’amants vieillots ressortent au milieu d’un paragraphe et sautent aux yeux. (Imaginez-vous en pleine découverte d’un univers fantastique, quand tout à coup une mijaurée s’écrit « ne fais pas ça mon aimé » !)

OOO Le style de la narration est quant à lui très intéressant car il est épuré. L’auteur a choisi de zapper toutes les descriptions lyriques inutiles et les ellipses temporelles sont courantes ce qui a l’avantage de permettre aux héros d’avancer rapidement. Je crois qu’en un tome on fait tout le tour du continent (mais je n’en suis pas sûre puisque je n’ai pas eut accès à la carte pendant ma lecture).
Pour les habitués de fantasy (et fantastique) et pour ceux qui arrivent à rentrer dans l’histoire, ce style épuré des fioritures habituelles (les longues conversations qui créent les amitiés, les pensées embrouillées de chaque personnage etc.) est plaisant car, d’une certaine manière, c’est reposant. L’auteur fait confiance aux lecteurs en supposant qu’ils n’ont pas besoin de tous ces long paragraphes pour comprendre les relations entre les personnages et, de son coté, le lecteur se trouve soulagé du poids de tous ces éléments inhérent aux romans. Rassurez-vous rien ne disparaît, tous les éléments s’y trouvent, mais épurés : chaque description est utile et apprend quelque-chose au lecteur sur l’univers. Les pensées des héros sont brutes (ici pas de dramaturgie ou de poésie autour du mal être ou du bonheur d’un personnage) et les comptes rendu entre les personnages sont résumés (adieux les longues conversations qui retracent tout le chemin parcouru).
En revanche, certaines transitions sont parfois trop brutales. Lorsqu’un personnage s’absente momentanément du groupe par exemple, on ne s’en rend pas forcément compte tout de suite et on est obligé de revenir quelques paragraphes en arrière pour être sûr d’avoir compris.
OOO Ce style narratif peut aussi déplaire, dans la mesure où on n’arrive pas à accrocher, on peut avoir l’impression de regarder un film en accéléré.
Il est comme une gemme sans châsse (j’espère que ce n’est pas trop geek comme expression) : certains la trouve belle telle quelle ; tandis que d’autres la préfère rehaussée d’ornements.
Cette construction stylistique particulière peut donc tout aussi bien plaire que gêner, cela dépend de vos lectures précédentes et de votre goût de lire et de savoir apprécier quelque-chose de différent.

OOO Enfin, les dernières pages m’ont définitivement conquise, en marquant la fin d’une intrigue et en en lançant une autre. Cette fois, on n’attend pas trois tomes (plombes) avant de connaître le dénouement de l’intrigue principale du premier tome d’une série.
Vous vous direz peut être que c’est un point plutôt négatif en pensant qu’un tome est trop court pour mériter une fin mais il n’en n’est rien. Car le style épuré de l’auteur a su donner l’essentiel (et le meilleur) pour justifier cette fin qui n’est donc pas prématurée du tout et particulièrement délicieuse.

Fiche Livraddict :

logo_livraddictÉditions : Midgard

Prix : 17€50

Chronique tome 2 : Le Courant des Sages

Publicités

6 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Gaëlle
    Juil 31, 2013 @ 08:08:32

    Il me le faut!!! *.*

    J'aime

    Réponse

  2. satinesbooks
    Août 21, 2013 @ 19:27:11

    Je suis un peu plus dubitative..!

    Je suis d’accord sur le fait qu’il ne faut pas s’attarder sur la couv’ ainsi que la quatrième de couverture.
    La plume de l’auteur est superbe! C’est le truc qui m’a fait tenir jusqu’au bout de ma lecture.

    Même si le monde est inventé de toutes pièces, j’ai trouvé qu’il y avait des longueurs. Et les personnages m’ont un peu fait écho à certains du Seigneur des anneaux.

    Comme je n’aime pas m’arrêter au premier tome. (après tout, je me trompe peut-être. Ce n’est qu’une première impression). Je pense lire le deuxième. Mais je vais attendre un peu 🙂

    J'aime

    Réponse

    • infocomete
      Août 21, 2013 @ 19:48:08

      Je n’ai pas lu Le Seigneur des Anneaux (honte à moi je sais mais je n’arrive pas à lire les livres trop lents :-S ). Du coup ça ne me gène pas qu’il y ait des ressemblances. Je suis entrain de lire le tome 2 là et c’est vraiment sympa, ça continu de surprendre un peu. On a cette image « gentillette » collée au livre et puis d’un coup on se dit « bah mais c’est horrible ça » ! Je trouve que surprendre le lecteur est un talent, alors même si ce n’est pas aussi « grand » que Tolkien, c’est quand même un beau défi relevé et une histoire sympa à lire.

      J'aime

      Réponse

      • satinesbooks
        Août 21, 2013 @ 19:53:34

        Ah oui ! Je ne dis pas le contraire. J’ai eu aussi beaucoup de mal à lire l’intégrale de Tolkien. Ce sont des longueurs à perte de vue et franchement, j’ai du faire une pause entre les deux premiers tomes. J’en pouvais plus.

        Et Arthamios est un bon livre. Il faut aimer le genre. (ce qui n’est pas vraiment mon cas, enfin je ne déteste pas, mais c’est pas mon genre de bouquin préféré). J’ai beaucoup aimé l’amitié entre Arthamios, Aqualis et Rahauric.
        C’est sympathique 🙂

        J'aime

  3. Rêves et Imagines
    Sep 25, 2014 @ 12:23:06

    J’ai découvert ta chronique en passant par l’interview de l’auteur, et heureusement car la couverture ne m’attire absolument pas !! Bref, ce titre est à conserver soigneusement dans ma wish list !!

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :