John Carter, T3 Le Guerrier de Mars – Edgar Rice Burroughs

Le Guerrier de Mars

Edgar Rice Burroughs

john carter, le guerrier de mars, edgar rice burroughsOOO Dejah Thoris, princesse d’Hélium, est emprisonnée par Issus, la déesse maléfique de Mars depuis plus d’un an dans la Tour du Soleil. John Carter tente de la sauver. De poursuites en poursuites, le voici découvrant sur la calotte glacière la civilisation des hommes jaunes. Un combat à l’échelle planétaire va éclater. Mais qui en sortira vainqueur ?

OOO Souvenez-vous, à la fin du second tome des aventures de John Carter, le héros, ses amis, son fils et son armée s’était précipité au secours de Dejah Thoris, prisonnière des griffes de la cruelle Issus, fausse déesse vénérée sur tout Barsoom.
Après moult retournements de situation délicieux, John Carter était arrivé à temps pour sauver la vie de sa bien-aimée, mais malheureusement pas assez tôt pour la délivrer du Temple du Soleil, cette étrange tour qui tourne sur elle-même condamnant l’unique ouverture pendant une année martienne. De plus la fenêtre s’était définitivement refermée sur Phaidor le bras armé et levé sur Dejah Thoris…

OOO Comme dans le précédent tome, l’action commence directement puisque nous retrouvons John Carter déjà sur la piste de sa femme. En effet, le héros suit son vieil ennemi Thurid – le dator noir qu’il avait humilié devant ses pairs pour défendre un ami – car il est persuadé que celui-ci complote quelque-chose… à raison.
Accompagné de Woola, John Carter s’engage donc à sa pousuite à découvre que le dator a fait alliance avec l’ancien hekkador, le Père des Therns : Matai Shang qui lui promet monts et merveilles s’il lui livre sa fille et la princesse de d’Hélium. Il prévoit de la prendre pour femme pendant un an, puis de la donner en pâture à ses hommes…

OOO J’ai été ravie de lire que, dès les premières pages, Woola est de retour ! Celui-ci est non seulement indispensable au bon déroulement de l’histoire, mais il en est indéniablement la pierre angulaire. S’il n’y avait pas eut Woola, jamais John Carter ne serait allé au bout de ses péripéties, et jamais il n’aurait survécu à tous les dangers rencontrés.
Car, comme vous le savez, tout sur Mars est multiplié par dix. Que ce soit la beauté ou les dangers tout y est gigantesque, gargantuesque, titanesque. Edgar Rice Burroughs se plait souvent à le rappeler, comme dans la description de Woola par exemple :
« Imaginez, si vous le pouvez, un énorme ours gris d’Amérique avec dix pattes armées de griffes puissantes et une gigantesque bouche de grenouille lui fendant la gueule d’une oreille à l’autre, avec trois rangs de longues défenses blanches. Puis, dotez cette création de votre imagination de l’agilité et de la férocité d’un tigre du Bengale à demi mort de faim. Ajoutez-y la force d’une paire de taureau, et vous aurez une faible idée de Woola en action. »
Vous êtes maintenant en possession de la recette d’Edgar Rice Burroughs pour créer des créatures incroyables 😉

OOO Les autres personnages restent égaux à eux-même, mais on les voit peu dans ce dernier tome. Thuvia est toujours aussi douce, courageuse et altruiste ; Phaidor, toujours aussi aveuglément hautaine et pitoyable ; Dejah toujours aussi combattante même face aux plus grands personnages de Barsoom. Thurid est toujours aussi haineux, et le père des Therns toujours aussi fou mais tellement plein de ressources qu’il réussi toujours à s’enfuir… ou presque.
OOO Le roman se découpe en plusieurs phases de poursuites et d’infiltrations. Pendant ces « intermèdes » d’infiltration, où le rythme est plus calme et le héros plus réfléchi, John Carter trouve un allié inattendu et achève, malgré lui, ce qu’il a commencé dans le second tome : la destruction de la religion de Barsoom. La quête du héros le mènera dans des lieux aussi inconnus que légendaires… allant jusqu’à découvrir un peuple originel de la race commune de Barsoom.
OOO Cette fois-ci John Carter affronte trois ennemis à la fois, et il doit décupler ses efforts afin d’atteindre son but. Le roman se termine en apauthéause, et le héros atteint ensuite son apogée. On sent que le personnage ne peut aller plus loin, et c’est pour cette raison que les romans suivants narrent les aventures de son fils Carthoris, ayant lui aussi trouvé une gente dame à défendre…
En bref c’est un grande et belle fin à la hauteur du héros herculéen.

Fiche Livraddict :
logo_livraddictEditions : Publication première
Prix : voir sur Internet

Chronique T2 : Les Dieux de Mars

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :