Les petites librairies de Quimper

Les Petites Librairies de Quimper

Hello bouquinovores ! Si vous êtes friand de librairie, vous êtes sur la bonne page.
Etant au chômage depuis peu, j’ai décidé d’écumer les librairies (pour postuler), et puis je me suis dis qu’un petit tour dans Quimper pourrais peut-être intéresser quelques internautes du coin^^

A la recherche des petites librairies

road trip librairies quimper - Copie

J’ai donc cherché toutes les librairies de la grande ville la plus proche de chez moi, Quimper, et je me suis fait un petit trajet, en boucle pour plus de praticité.
Parcontre le premier lieu indiqué sur la map n’était en fait pas une librairie mais une galerie (les pages jaunes confondent les deux apparemment !).

Livres d’occasion au Piano Livre

le piano livre
OOO Autant le dire d’entrée : la première librairie que j’ai visité fut la meilleure. Et pourtant, ce n’était pas gagné parce-qu’elle m’a plutôt fait mauvaise impression les premières secondes. Les livres s’y entassent partout, sur le bord des étagères (déjà bien garnies) et sur le sol en piles inégales.
OOO Lorsque je suis entrée dans cette boutique, je me suis dis « c’est quoi ce bordel, il ne doit y avoir que des vieux trucs là dedans » et puis le libraire m’a indiqué le rayon « science-fiction ». Et par science-fiction il entendait : science-fiction, scpace-opéra, fantastique, fantasy, dystopie… Ici, pas de place pour catégoriser finement.
Au premier coup œil on ne voit donc que des vieux livres, et puis au détour d’une étagère, on trouve des trésors !

20141010_142237

20141010_141755

 

 

 

 

 

 

 

 

Keleana, les romans de Hamilton, la série de l’Assassin Royal…

20141010_141815

Le vieux côtoie le récent, et on y trouve même des vieilles histoires oubliées (je ne savais même pas que Willow était un livre à la base, honte à moi !?).

20141010_142018 (2)

20141010_141524OOO Tous les murs du magasins sont tapissés de livres. La pièce principale est carrée, le bureau du libraire se trouve sur la droite ; des tables et des étagères meublent le centre. Un peu plus au fond on trouve une pièce (également tapissée de livres) coupée en deux par une immense étagère remplie d’ouvrages des deux cotés : et c’est sur l’un de ces côté qu’occupe la « science-fiction ».
Mais sur la droite il y a aussi un petit escalier qui mène à une pièce plus réduite, et dont la partie gauche est occupée par les BD. Là aussi on y trouve du vieux et du récent : j’ai par exemple trouvé les 3 premières BD de Ballade au Bout du Monde et quelques BD de XIII.

OOO J’ai en revanche deux reproches à faire à cette librairie d’occasion. La première, une énorme erreur (qui m’a pourtant 20141010_141540frappé après coup puisque j’y étais en mode touriste-qui-repère-et-n-achète-pas) : il n’y a aucun prix sur aucun livre ! Je n’y ai pas pensé sur le coup (un comble non ?) mais je ferai la remarque la prochaine fois c’est sûr.
Et le second reproche : les étagères sont tellement hautes qu’on ne peut pas lire les titres ! Quand je l’ai dis au libraire en partant il m’a répondu (comme si j’étais stupide) « il faut prendre l’escabeau »… Ah oui sauf que l’escabeau c’est plutôt une échelle et je pensais qu’elle était là en préparation de travaux ! Lol. Chez moi échelle = travaux, je n’ai pas pensé une seule seconde qu’elle était destinée aux clients.

Librairie et Curiosités à Quimper

20141010_144552

OOO J’ai donc continué mon petit parcours livresque pour m’arrêter à « Librairie et Curiosité » mais j’ai été déçue. Je ne sais pas à quoi je m’attendais, mais pas à une simple et minuscule librairie (sans rayon YA et SFFF) pourvue d’une toute petite salle d’exposition photo.
Bref je suis repartie et deuxième déception : mon troisième arrêt était fermé. Tant pis, Happy Collector sera pour la prochaine fois.

Parenthèse : Objets Sympas

OOO  Du coup, je me suis arrêté à la vitrine suivante et j’ai été attirée par le drôle de panneau attention. Sympa non ?20141010_143552
Il y a des objets originaux dans cette boutique… et aussi des objets assez ringards comme des petites voitures de collection ; mais j’y ai quand même trouvé LA chose que je cherchais depuis très longtemps : un vrai réveille mécanique ! Vous savez, ceux qu’on voit dans les vieux films américains, qui font un boucan d’enfer quand le petit marteau tape entre deux cloches et que les héros balancent toujours par terre !
Bref, retournons à nos librairies.

Une librairie 100% bretonne

OOO  Je suis ensuite passé devant une librairie… vide, puis devant une librairie cent pour cent Bretonne puisqu’elle ne propose que des ouvrages sur la Bretagne, dont beaucoup écrit en Breton.

20141010_144918

Librairie La Procure

20141010_145928OOO Enfin je suis passé devant Le Bistrot à Lire (dans lequel je ne me suis pas arrêté faute de co-pilote pour tester) et je suis entrée dans la librairie La Procure, très petite mais dont le (minuscule) rayon fantastique est très bien pourvu : je n’y ai vue que des livres qui font fureur en ce moment. Ça doit être une bonne librairie de dépannage où l’on fait facilement commande.

OOO Cet article touche à sa fin, j’espère que cela vous aura donné envie de décrocher de la grande librairie Ravy (que je n’ai pas mentionné puisque je visais les petites librairies), la Fnac et les Espace Culturels Leclerc, juste le temps d’une balade.

Publicités

Les avantages et inconvénients de la lecture d’ebook sur liseuse et tablette

eBook-Reader

Les avantages et inconvénients

de la lecture d’ebook sur liseuse et tablette.

Lorsque les ebooks sont apparut, nous n’avions pas trop le choix de lecture, seuls étaient disponibles des livres anciens et des pièces de théâtres (Shakespeare, La Fontaine etc.). Aujourd’hui l’utilisation des liseuses et des tablettes s’est démocratisé, et le choix des ebooks s’est largement étendu car le prix des liseuses a considérablement chuté depuis leur mise en vente.

Ayant moi même fait l’acquisition d’une liseuse récemment, j’ai donc fait l’expérience de la lecture sur support électronique. Il m’a parut intéressant de faire un bilan de ce « nouveau » moyen de lecture.

Les inconvénients des liseuses

archos90Leur prix peut encore être un frein, mais si on reste à l’affut des bonnes affaires ont peut toute de même en trouver à prix abordable. (J’ai acheté la mienne 50€ sur Cdiscount, payable en plusieurs fois ; c’est une Archos 90 et elle est très confortable.)

En revanche cela reste un produit technologique, et certains outils peuvent cesser de fonctionner après plusieurs années ; et il vous faudra en acheter une autre. Avec les livres papiers, le problème ne se pose pas.

Une liseuse est un outil fragil qui doit être protégé par une housse car les chocs peuvent les endommager quelque soit leur marque.

Le format rectangulaire peut être dérangeant, mais il existe aujourd’hui des liseuses en deux parties, ce qui leur donne un aspect plus ressemblant au livre (le twistbook).

Une liseuse fonctionne sur batterie, par moment il faut donc penser à la recharger ou bien à se caler dans un coin près d’une prise pour pouvoir continuer sa lecture.

Le seul fait de lire sur tablette ou liseuse peut être difficile car, bien que la luminosité soit ajustable : on lit tout de même sur un écran. Certaine personne ne veulent ou de peuvent pas passer outre ce dérangement.

Les avantages des liseuses

On dit souvent que les liseuses sont légères et suffisamment fines pour passer dans un sac à main. C’est twistbook_04vrai qu’elles sont pratiques mais il faut impérativement être munie d’une bonne housse de protection et éviter les chocs. Pour ma part, je considère que me balader avec un livre dans mon sac est moins stressant qu’une liseuse.

En revanche cette légèreté et cette finesse devienne un réel avantage lorsqu’il s’agit de voyager. Dans ce cas-là, pas besoin de s’échiner à porter une valise de vos romans préférés, cette fois la liseuse vous permet de tout avoir dans une seule main.

De plus, la liseuse est muni d’un écran rétro-éclairé, ce qui fait que vous n’êtes plus obligé d’allumer la lumière pour lire. Ainsi si votre compagnon ou votre famille veulent voir un bon film dans une ambiance tamisée ou dans l’obscurité : pas de problème, vous pourrez continuer à lire quand même et tout le monde sera content !

Les inconvénients des ebooks

Avant de pouvoir lire un ebook sur votre liseuse, il faut d’abord le télécharger. Et cette opération peut se révéler complexe pour un débutant car il faut que le fichier soit absolument ouvert en premier lieu par Adobe Digital Éditions. Ce processus permet d’abolir les protections appelé « DRM » ; si vous  n’avez pas téléchargé préalablement Adobe Digital Éditions et que vous n’avez pas ouvert ce logiciel, lorsque vous téléchargerez l’ebook et que vous tentez de l’ouvrir alors vous ne pourrez plus jamais y accéder.

L’avantage des ebooks : le prix ?

Mais la lecture sur ebook comporte fort heureusement des avantages (compensatoires ? Ça je ne sait pas !).

Le premier avantage qui vient à l’esprit est bien sûr celui de son prix réduit. MAIS, ceci n’est plus tout à fait vrai, car cela dépend du moment où vous acheter votre ebook : à la sortie du livre, la différence avec le prix de l’ebook n’est pas si grande que cela.

 Mon exemple ebooks         En octobre 2013, j’ai pu acheter le premier tome de la série Blood Of Eden en format ebook à 4€99, le prix était moins élevé car il était sorti plusieurs mois auparavant (décembre 2012) en version papier. Jusque-là tout semble logique. Sauf que, lorsque j’ai voulu acheter l’ebook du tome 2 à sa sortie, son prix était considérablement élevé pour un ebook : 10€99, alors que la version papier coûte 14€73. Pour 3€74 d’économie à ce compte là autant acheter le livre papier.     De plus, j’ai aussi remarqué (en retournant sur le site pour faire cet article) que le prix du tome 1 était remonté au moment de la sortie du second. Donc on s’aperçoit que les maisons d’éditions augmentent le prix proportionnellement à la demande (qui a du être relancée par la sortie du second tome).     Bref, on reste des pigeons de consommateurs. Si on veut faire des économies en achetant des ebooks, il faut acheter des vieilles histoires (super plan).     En revanche, l’existence des ebooks a entraîné le même problème que pour les films : les téléchargement illégaux et gratuits. Là on peut parler d’économie, mais ce genre de pratique peut être considéré comme un manque de respect pour le travail de l’auteur, et là c’est votre éthique qui entre en jeu…

L’inconvénient de la lecture d’ebooks sur liseuse et tablette

Enfin, l’inconvénient majeur selon moi (en plus de la complexité du téléchargement des ebooks) est le fait qu’une fois l’ebook lu, l’histoire nous a tellement plus qu’on a envie d’avoir le livre en vrai, en palpable, en papier ! Dans ce cas là on se retrouve obligé de payer le même livre deux fois (super économie!).

Les avantages de la lecture sur tablette ou liseuse

Les ebooks permettent une forme de lecture différente de celle sur papier.681230-l-ebook

En effet, sur les liseuses, on ne peut pas tourner le livre afin d’observer la tranche : il faut se référer aux nombre de pages, ce qui est peut être plus précis mais en un sens moins visuel. Personnellement je me rend moins compte de mon avancée sur liseuse qu’avec un livre papier. Du coup, je lis différemment. Je profite de chaque page, de chaque événement comme si c’était déjà la fin du livre. Ce qui donne une lecture plus intense (pourvu que l’histoire plaise bien sûr).

De plus, lorsqu’on lit un ebook, on risque moins de se spoiler en allant voir les dernières pages et on ne peut moins facilement aller vers les pages suivantes juste pour « jeter un coup d’œil ». On peut moins tricher, et donc le suspens nous atteint avec plus de force.

Enfin, il y a aussi l’argument écologique : en achetant un ebook plutôt qu’un livre on contribue à la diminution du CO², à l’économie d’énergie et à la réduction des déforestations, du gaspillage etc…

Voilà l’article touche à sa fin, j’espère qu’il vous aura plu, n’hésitez pas à ajouter vos propres avantages et inconvénients !

Les réactions sur facebook :

commentaires facebook

Interview de Eric Brossier

Eric brosse les océans sur les ailes du Vagabond.

À l’occasion du neuvième festival du film d’aventure, nous avons pu rencontrer le navigateur et scientifique Eric Brossier. Il est également capitaine du voilier polaire nommé Vagabond1. Son équipage et le navire sont devenus célèbres dans le cercle scientifique le 31 Aout 2002 lorsqu’ils ont traversé le passage Nord-Est 2, sans se faire piéger par la glace. Ils sont alors devenus les premiers à le franchir sans hivernage.

Parcours

Prochainement sur mon blog...Pouvez-vous nous raconter votre parcours?

J’ai une formation d’ingénieur en génie océanique. Si j’avais suivi le cheminement logique de mes études, aujourd’hui je travaillerais dans un bureau d’étude, une entreprise ou un laboratoire. Mais j’ai eu la chance de faire mon service dans les îles Kerguelen, et là-bas j’ai pris goût à la nature, au travail sur le terrain et en même temps à la science pour comprendre, observer, mesurer.

J’ai voulu trouver un moyen de combiner les deux : passer du temps sur le terrain sans être obligé de passer la plupart de l’année coincé dans un bureau. C’est à ce moment que j’ai pensé à un bateau. Mais pour avoir un bateau, il fallait de l’argent, et surtout une  longue préparation minutieuse.

Après mon service, j’ai donc travaillé pendant cinq ans à travers le monde, en tant que  géophysicien. Je gagnais ma vie et, en arrière-plan, mon projet prenait forme dans mon esprit.

En 1999, j’ai acheté mon voilier polaire : le Vagabond.

Pourquoi cette appellation ?

Parce que c’est le nom que son premier capitaine lui a donné, et il est dans la tradition marine de le conserver, tout simplement.

Prochainement sur mon blog...

Pourquoi embarquer dans le pôle nord avec ce type de navire ?

Un voilier : c’est le calme, c’est jouer avec la nature et le vent. Ensuite, pourquoi polaire ?  Parce-que l’océan arctique est le moins connu et que j’avais envie d’y naviguer et de l’étudier en même temps.

J’ai eu la chance de trouver un bon bateau, ni trop grand, ni trop petit, qui peut contenir une équipe de 4 à 5 personnes. Ensuite, tout le reste s’est enchaîné.

Je me suis inventé la vie dont j’osais à peine rêver.

Je n’étais pas un marin chevronné car j’avais peu d’expérience. Les équipiers qui ont embarqués dans l’aventure avaient toutes les qualités et l’expérience dont on a besoin pour bien mener et manier un bateau.

Puis, ma femme m’a rejoint dans l’aventure et, très vite, c’est devenu une histoire de couple. Aujourd’hui on alterne les missions pour les scientifiques, cinéastes ou photographes, expédition sportive, etc…

On a la vie qui nous plait, on continue à la vivre de cette manière avec nos filles de cinq et trois ans.

On habite dans l’arctique la plupart du temps.

Le retour du soleil.

Un des moments les plus forts qu’on a vécu avec ma femme et notre fille ainée (qui n’avait qu’un an à l’époque), a été le retour du soleil après quatre mois de nuit polaire.

On est allé sur la banquise, dans un endroit dégagé, au sud pour bien voir. Il faut savoir que là-bas, le crépuscule dure très longtemps parce-que le soleil est juste sous l’horizon. Il est resté comme ça quelques minutes puis il est reparti tout doucement.

Mais rien que de voir, de recevoir ces rayons de soleil, dans un calme absolu : on entend le souffle du soleil, le souffle de la terre, on entend son pouls. Cela faisait quatre mois que nous n’avions pas vu la lumière du jour, alors avoir le soleil dans les yeux après tout ce temps c’était…

C’était vraiment un moment très intense ; et un moment qu’on a partagé en famille.

Les expéditions scientifiques.

Êtes-vous en expédition en ce moment ?

Oui, depuis mai 2011, nous avons attaqué une nouvelle série d’hivernage. C’est notre huitième long séjour sur la banquise, à la pointe australe de la Terre d’Ellesmere, dans le Prochainement sur mon blog...Nunavut canadien.

Vagabond est posé sur une plage proche du petit village inuit, Grise Fjord(3). L’année dernière, nous étions à cinquante kilomètres de ce même village. Mais cette fois-ci, nous avons décidé (en accord avec les scientifiques) de nous rapprocher pour permettre à nos filles d’aller à l’école. Nous ne sommes aujourd’hui en France, qu’en transit pour deux mois seulement.

Nous passerons deux hivers, près de Grise Fjord, pour y suivre la croissance et la décroissance de la banquise, selon un programme de recherche sur l’évolution et le réchauffement climatique.

« Notre monde change. Il est essentiel d’observer et de mesurer ces changements sur le terrain pour permettre ensuite aux décideurs de choisir les bonnes stratégies »

Pouvez-vous nous décrire votre travail plus précisément ?

En ce moment, on travaille pour un laboratoire canadien d’océanographie de l’université d’Alberta. On étudie la géophysique de la glace de mer, et on essaie de comprendre son fonctionnement. On mesure ce qui se passe sur la banquise, dessous. Puis, on pousse les observations en mesurant ce qui se passe dans l’océan, avec des instruments océanographiques.

Vivre quatre mois de nuit ininterrompue.

Prochainement sur mon blog...Ce n’est pas pesant du tout de vivre un hiver polaire. Il y a la lumière de la lune, les aurores boréales, la lumière d’un ciel dégagé plein d’étoiles qui se réfléchi sur la banquise parfaitement blanche… L’environnement est dépourvu de lumière parasite, par conséquent la moindre nuance de la nuit devient très belle. Si un jour, vous allez en mer, en pleine nuit, que vous vous éloignez de la côte, vous constaterez que c’est magnifique comme instant, ce n’est pas pesant.

Par contre, vivre une nuit totale pendant des mois dans une ville, là, je pense que ça doit être plus pesant parce-qu’avec l’éclairage urbain, on ne va pas sentir ces nuances de lumière naturelles. On verra bien cet hiver : on aura un ou deux lampadaires près du bateau.

Vous n’avez jamais eu envie de tout arrêter et de vivre une vie comme les gens ordinaires, avec une routine ?

Non pas du tout. L’aventure est mon métier, elle est devenue une habitude : j’ai un quotidien comme tout le monde.

Philosophie.

Quelle est votre philosophie de vie ?

Il faut se connaître pour faire les bons choix. On est dans une société où on a encore le pouvoir de choisir. Il faut savoir qui on est et prendre le temps de se connaître, parce-qu’après on vit mieux avec tout le monde. C’est une chose précieuse le recul, il faut savoir le conserver pour pouvoir bien choisir et bien vivre.

Avez-vous un proverbe ou envie de faire partager une façon de penser ?

Il ne faut pas avoir peur de rêver, sinon on se ferme la porte à des expériences qu’on risque de regretter. Il vaut mieux essayer et échouer que regretter. Il ne faut pas avoir peur des échecs, d’ailleurs, on apprend souvent plus des échecs que des réussites.

Un scientifique optimiste.

Avez-vous envie de faire passer un message ?

On me pose toujours des questions sur la fonte des glaces. Je pense que les médias inquiètent les gens en accentuant les choses de façon alarmiste.

Moi je suis plutôt optimiste. On a besoin d’espoir et d’optimisme pour inventer des solutions, pour relever tous les défis de la vie personnelle et le défi global de la vie de l’homme. On assiste à un changement majeur, oui, mais il faut garder espoir pour trouver les bonnes solutions, la bonne harmonie. Il faut avoir confiance en l’homme et confiance en soi pour construire notre avenir à tous, sur cette planète qui nous accueille.

Prochainement sur mon blog...

1 Vagabond : Construit en 1978, il a été intégralement rénové en 1999 afin de pouvoir affronter la destination de son nouveau capitaine : l’océan arctique. Vagabond mesure 15, 30 mètres de long, 4,2 mètres de large et peut peser jusqu’à 30 tonnes selon sa charge. Il est également équipé pour vivre un hiver bloqué dans la banquise, car il peut stocker 5000 litres de carburant et sa coque est en acier à résilience, surmontée par une étrave qui lui permet de passer au-dessus de la glace.

2 Passage Nord-Est : Le passage Nord-Est est une route maritime qui relie l’Atlantique au Pacifique.

Propos recueillis par Mathilde Garrat et Ondine Gobert.

Pour en savoir plus sur la vie dans l’artique au quotidien, vous pouvez consulter le blog de Léonie, la fille d’Eric Brossier.

L’affaire Amanda Todd révèle l’horreur et les dangers d’Internet

L’affaire Amanda Todd révèle l’horreur et les dangers d’Internet

     Mercredi 10 octobre, Amanda Todd se suicide. L’adolescente canadienne de 15 ans était harcelée depuis des mois. Elle avait posté une vidéo sur youtube le 7 septembre pour crier son mal-être. Mais sa détresse ne trouvant pas d’échos, la jeune fille met fin à ses jours.

Piégée, puis harcelée par un internaute, elle se suicide.

     Dans la vidéo, Amanda raconte son histoire à travers des petits mots écrits sur des bouts de papiers.
A l’âge de douze ans, manquant d’amis, la fillette se rend sur des chats et des forums. Elle discute alors avec un internaute qui la persuade de lui montrer ses seins à la webcam. L’enfant accepte, et l’inconnu enregistre les images. Depuis ce jour, l’homme n’aura de cesse de la poursuivre. Il diffuse les images sur facebook, les envois à la famille d’Amanda, à ses professeurs, à ses camarades de classe. Il en veut plus. Cela ne lui suffit pas. L’inconnu fait du chantage à Amanda, il veut qu’elle lui « fasse un show ». Il lui de demande de se dévêtir entièrement devant le webcam. Lorsqu’elle refuse, il diffuse les photos.Amanda Todd

     La jeune fille a changé successivement d’école, mais le harceleur la retrouve toujours et le cauchemar recommence.

Amanda est rejetée, pointée du doigt, victime de moqueries, elle se renferme. Mois après mois, la dépression la gagne et la jeune fille se met à boire, à se droguer. Elle s’enfonce dans son mal être.

Le drame se produit suite à une déception amoureuse. Amanda s’intéresse à un jeune garçon de son école, mais celui-ci, déjà engagé dans une relation, l’éconduit. Jalouse, la petite amie du garçon en question l’agresse à la sortie des cours suivit par un petit groupe de copines. À l’hôpital, le harceleur envois des messages haineux à Amanda et l’encourage à se suicider.

La vidéo s’achève par un appel au secours désespéré : « Je n’ai personne. J’ai besoin de quelqu’un. Mon nom est Amanda Todd. »

Vengée par les Anonymous.
540z-8GYj4sOuf1sCi6pSJ-2ihE     Quelques jours plus tard, les Anonymous, le groupe de hackers, publie une vidéo dévoilant le nom et l’adresse du harceleur présumé avec ce message :

« Chers citoyens, nous faisons une annonce solennelle pour vous révéler l’identité du harceleur d’Amanda Todd. Sur notre site vous trouverez un lien vers toutes les données personnelles de cet individu. Kody Maxson est une abomination pour notre société et il sera puni. Nous sommes les Anonymes, nous sommes une communauté, nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas ! « 

Kody Maxson, habitant de Vancouver de 32 ans, aurait publié des photos d’Amanda sur une site pédophile.

Une vague sur les réseaux sociaux.

     Le jour de sa mort, une page facebook lui a été dédiée et des centaines de milliers de messages affluent.

Mais certains internautes menacent et de faire justice eux-mêmes… la police a du placer Kody Maxson sous protection le temps de l’enquête. Certains médias affirment que les pirates informatiques se seraient trompés.

L’homme a avoué connaître Amanda mais dément le harcèlement, il aurait dénoncé le véritableAmanda Todd facebook coupable à la police, mais l’information n’est pas sûre. Les rumeurs commencent à enfler sur Internet.

La dérive.

     Le sergent Peter Thiessen de la gendarmerie royale du Canada explique les difficultés que rencontre l’enquête : « L’un de nos plus gros défis aujourd’hui est la diffusion de fausses informations par des personnes qui tentent d’utiliser l’histoire d’Amanda pour faire du mal ou en tirer un bénéfice. »

     En effet, la dérive a déjà commencée : un homme ayant fait un commentaire désobligeant sur la mort d’Amanda sur facebook, a été dénoncé par une internaute à son employeur. Outrée par ses propos, l’internaute a recherché la page facebook de l’employeur et lui a transmis le commentaire, celui-ci a immédiatement licencié l’auteur du message.

La claque.
TuXAsx1tX7O0y-gUdIF11YWQie4     Cet événement a le mérite d’avoir alarmé les pouvoirs publics sur le cyber-harcelement qui échappe encore à la loi. Christy Clark, Première Ministre de la province de Colombie-Britannique, relance le débat et propose d’engager une discussion nationale afin de faire reconnaître la cyber-intimidation comme un délit puni par la loi.

Au Canada comme partout, le cyber-harcèlement peut toucher tout le monde, et ne s’arrête jamais. Tout enfant ou adolescent, encore ingénu où en proie au mal être adolescent, peut tomber dans le piège et se faire happer dans cette spirale de torture mentale. Les prédateurs sexuels ne manquent pas d’idées pour faire passer leur demande comme légitime, et ainsi embrouiller l’esprit de la victime afin d’arriver à leur fin.

L’acte des Anonymous venge certes la jeune Amanda, mais au_delà des faits, regardez de plus près. Les mots sont durs. Tranchants. Haineux. « Kody Maxson est une abomination  pour notre société et il sera puni . Nous sommes les Anonymes, nous sommes une communauté, nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas! »

L’utilisation de l’anaphore1 amplifie la violence des propos à chaque virgule. Ne trouvez vous pas cela effrayant ? « Nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas ».

Rien n’est effacé sur Internet, il reste toujours des traces. Internet sait.

« Nous n’oublionXLkhL7VQVbuxB-B7mzuhnIULitAs pas, nous ne pardonnons pas »

Internet sait. Internet sait tout. Et les Anonymous savent trouver sur Internet.

« Nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas. »

“Big Brother is watching you.”

Note : Cet article a été réalisé pour le blog du cyberlocal (aujourd’hui inactif) et il m’avait été demandé d’ajouter un avis personnel sur le thème abordé dans chaque article.

anaphore : figure de style qui consiste à répéter un mot ou groupe de mots au début ou à la fin de plusieurs énoncés.

Sources :

http://news.fr.msn.com/m6-actualite/monde/amanda-todd-le-suicide-dune-ado-harcel%C3%A9e#image=12

http://www.france24.com/fr/20121017-canada-le-suicide-damanda-todd-met-reseaux-sociaux-sellette

http://www.france24.com/fr/20121016-canada-vancouver-amanda-todd-suicide-adolescente-harcelement-internet-sexuel-youtube-seins-

http://www.france24.com/fr/20121018-canada-harcelement-internet-anonymous-joue-justiciers-affaire-amanda-tood

http://www.terrafemina.com/societe/international/articles/18455-cyber-harcelement-le-suicide-damanda-todd-bouleverse-le-canada.html

Qu’est-ce qu’un « geek »?

 Qu’est-ce qu’un « geek » ?

 Observons l’évolution de la définition et de la perception d’une personne dites « geek ».

Old Définition

      Le terme Geek commence à être utilisé dans les années 1920 aux États Unis pour qualifier une personne bizarre, décalée qui semble ne pas s’intégrer à la société.

       En 1960, l’apparition et le développement des premières calculatrices et des premiers ordinateurs donnent au terme un sens nouveau : celui d’intello et plus particulièrement dans le domaine des sciences et des nouvelles technologies. Typiquement le terme désigne un adolescent (lycéen ou étudiant) intelligent, féru de sciences et de nouvelles technologies, rejeté par le microcosme que forme l’université et se réfugiant dans l’imaginaire.

geek

Définition Actuelle

       Avant le terme était donc fortement péjoratif. Mais aujourd’hui la définition du geek ainsi que sa perception par la société a changée.

En effet, maintenant le mot geek désigne une personne passionnée d’informatique, de science-fiction et de fantasy.

Les Geeks de la génération Y1 (les 18-30ans d’aujourd’hui) ne sont plus perçus comme des monstres noctambules salement habillés se nourrissant exclusivement de bière et de pizza ; ce sont des personnes intelligentes, passionnées d’informatique, d’Internet, et par l’imaginaire.

De nos jours le portrait d’un geek désignerait un adolescent ou une personne travaillant (généralement mais pas toujours) dans l’informatique, passionnée par les jeux vidéos, les jeux en ligne (particulièrement les jeux de rôle définit comme MMORPG2 tel que World of Warcraft), la programmation informatique, les comics, les mangas (notamment Dragon Ball Z et Les Chevaliers du Zodiaque qui sont les plus connus), ainsi que le cinéma (la saga Star Wars et la Saga Star Trek sont des passions casi inévitables pour un vrai geek) voir les séries télés SFFF (Science-Fiction, Fantastique, Fantasy).

      Toutefois on remarque que ces deux définitions conservent des points communs : dans les deux cas un geek s’évade du monde réel grâce à son imaginaire et par la passion des nouvelles technologies.

Les geeks dans la vie

        En général le ou les geeks de la classe sont des gentils garçons ayant de l’humour et qui s’y connaissent beaucoup dans tous les domaines de l’informatique, ils savent utiliser la plupart des logiciels dont les autres apprennent le fonctionnement en cours.

Les geeks ne sont pas (ou beaucoup moins) rejetés par la société mais forment tout de même une communauté à part qu’il faut connaître. Ils ont leur propre langage3 et leurs propres références qu’une personne extérieure ne peut pas comprendre si elle n’est pas un minimum geek elle-même.

Lorsqu’une personne non-geek se retrouve au milieu d’un groupe de geek, à ses yeux la conversation devient rapidement du chinois.

Ne pQu'est-ce qu'un "GEEK"?as confondre « geek » avec « nolife »

          La passion des geeks pour les jeux en ligne peut être démesurée et les couper de toute vie sociale. On les appelle alors des « nolife« , littéralement : des personnes qui n’ont pas de vie sociale et passent absolument tous leur temps libre sur un jeu de rôle en ligne.

Série

         Il existe une série américaine humoristique très connue narrant la vie de quatre geeks : THE BIG BANG THEORY.

Ici les personnages ont des caractéristiques provenant des deux définitions et forment un mélange du geek d’ « avant » et du geek de « maintenant » car ils sont physiciens, ingénieur et astrophysicien (on retrouve ici la passion pour les sciences-voir def 1), ils ont du mal à s’intégrer à la société (def 1), mais sont gentil, très attachant, ont beaucoup d’humour et sont tous les quatre passionnés de jeux vidéos, de comics, de séries SFFF et de MMORPG (def2).

The-Big-Bang-Theory

Si vous ne connaissez pas cette série et que vous n’êtes pas geek, n’ayez crainte : il a Penny, le cinquième personnage. Penny est une belle jeune femme à la vie sociale animée qui vit dans l’appartement juste en face de Léonard et Sheldon (les physiciens en colocation) ; elle va faire irruption dans leur petit monde fermé. L’humour naît du décalage entre les personnalités et le mode de vie des geeks et de Penny.

Notes :

Cet article a été réalisé pour le blog du cyberlocal (aujourd’hui inactif) et il m’avait été demandé d’ajouter un avis personnel sur le thème abordé à la fin de chaque article.

1 Génération Y : Terme inventé par les sociologues désignant les personnes ayant entre 18 et 30 ans aujourd’hui. Voire Le livre de Myriam Levain et Julia Tissier « La Génération y par elle même« .

2 MMORPG Massively Multiplayer Online Role-Playing Game : Jeu de rôle en ligne massivement multijoueur.

3 Article intéressant sur les mots très souvent utilisés par les geeks. http://www.01net.com/editorial/505231/savez-vous-parler-correctement-le-geek/