Traqué Tome 2 – Andrew Fukuda

Traqué

Tome 2

Andrew Fukuda

 

« L’espèce humaine a été rayée de la carte il y a des générations de cela. Les crépusculaires sont les maîtres du monde. Et nous n’avons jamais réussi à le leur reprendre. »

Pourchassés par leurs prédateurs, Gene et Sissy tentent coûte que coûte de rejoindre la terre promise, un havre de paix où ils seront enfin en sécurité.

Suivant la piste laissée par le Scientifique, ils découvrent alors la Mission. Cette colonie de rescapés humains pourrait bien être l’Éden tant espéré. Accueillis en héros, ils vivent pour la première fois parmi les leurs. Mais les apparences sont trompeuses, et bien vite Gene se demande si ce nouveau monde n’est pas aussi maléfique que celui qu’il vient de fuir…

Souvenez-vous, à la fin du premier tome : Gene avait été démasqué à la dernière minute. Ashley June s’était sacrifié pour le sauver et ce dernier avait réussi à fuir avec les autres homiférés, le cœur brisé d’abandonner la seule humaine qu’il n’avait connu que quelques heures.
Nous retrouvons donc le héros et ses compagnons à bord du radeau salvateur. Epuisés et sans nourriture, ils finissent par s’arrêter pour chasser et pouvoir manger. C’est à cette occasion que Gene découvre un portrait familier dans le carnet de dessin de l’un des garçons, très familier…
Bouleversé, il reste cependant de marbre. Conservant ses réflexes de vampires, Gene ne se livre pas facilement. La petite troupe finit par découvrir un village niché au cœur des montagnes. Mais est-ce réellement le paradis prétendu ?

Le héros évolue énormément au cours de ce second tome, bien plus qu’on ne l’aurait imaginé. Il passe du statut de maître menteur à humain, puis d’humain à celui d’humain brave, et enfin il se meut en héros.
Gene évolue vite et ça surprend, il parvient même à plaisanter en de rares occasions. On le savait courageux pour avoir survécu à sa vie chez les monstres, mais là, on le découvre brave. Il se bat et montre qu’il a du caractère (caractère dont nous lecteurs n’avions jamais eu conscience puisque son mode de vie dans le tome précédent ne lui permettait pas de l’exprimer). On est donc d’autant plus surpris et on l’apprécie bien plus comme cela, on se sent plus proche de lui.
Les autres quant à eux sont également intéressant, Ben le petit dernier attise notre empathie, Epap notre antipathie, et Sissy se dévoile une redoutable guerrière, plus fine lame et futée que ses compagnons.

Non seulement nous découvrons les nouveaux personnages, mais en plus les relations entre eux et Gene évoluent aussi tout le long du roman, ce qui corse parfois leur dangereuse épopée.
Les flashbacks se font plus rare car moins utiles, et on apprécie ce retrait au profit du récit.
Récit par ailleurs bien différent du premier tome : en effet l’auteur renouvelle parfaitement ce second tome bien plus animé que le précédent. Ici pas de tensions latentes, mais de multiples tensions, accrochages et véritables actions. L’histoire est plus que mouvementée, autant en action qu’en révélations et en suspens. En fait le récit bascule dans un rythme plus soutenu au fur et à mesure des événements, et il finit dans une gerbe d’action pétaradants dans tous les coins. Le dernier quart du roman est explosif, vous être prévenu.

Bref Andrew Fukuda a réussi le pari de nous surprendre à tous les niveaux.
Le récit est plus riche en personnages, en révélations, en rebondissements : en résumé ce second tome est bien plus vivant que le premier.
On notera aussi l’intéressante mise en abyme de la dystopie dans ce roman…

Chronique Tome 1 : Traqué T1 – Andrew Fukuda
Chronique Tome 3 : Traqué T3 – Andrew Fukuda

Fiche Livraddict :
Editions : Lafont
Prix : 7€ (poche)

Verdict :  Ebook         Bibliothèque

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Traqué, tome 1 – Andrew Fukuda

Traqué

Tome 1
Andrew Fukuda

Traque_Tome_1_hd« À dire vrai, je ne pense pas qu’il reste un seul d’entre nous. À part moi. Voilà ce qui arrive quand on est un mets délicat. Une drogue dure. L’espèce s’éteint. »

Gene est l’un des derniers humains sur Terre. Son seul moyen de survie : se faire passer pour l’un de ses prédateurs. Ne pas rire, ne pas transpirer, ne pas montrer qu’il est un « homiféré ». Cela fait dix-sept ans qu’il se fond parmi ceux qui n’hésiteraient pas à le tuer s’ils découvraient sa véritable nature.
Chaque décénnie, le gouvernement organise un immense jeu où une poignée de privilégiés peuvent pister et dévorer les rares humains retenus en captivité pour l’événement. Sélectionné pour traquer les siens, Gene ne peut commettre le moindre faux pas. D’autant qu’une mystérieuse fille éveille en lui des sentiments qu’il n’a pas le droit d’avoir. Des sentiments qui pourrait le trahir.
Gene a la rage de vivre… mais vaut-elle le prix de son humanité ?

Encore une bit-lit sur fond dystopique, décidément ce mélange me fait craquer.
Dans ce roman on écoute donc le dernier survivant humain nous raconter son histoire, comment sa mère et sa sœur ont d’abord disparue, puis son père, lorsqu’il avait sept ans. Il nous raconte comment il survit, ce que son père lui a appris : ne pas rire, ne pas chanter, ne pas hausser les sourcils, ne pas éternuer, ne pas sourire… Le monde est donc l’opposé de la nature humaine : gris et terne, dominé par les vampires.
Des vampires qui ne doivent apparemment leur prédominance aujourd’hui qu’à leur nombre puisqu’ils sont tous plus stupides les uns que les autres. Le héros doit constamment se rabaisser à leur niveau afin de ne pas se faire remarquer. Il ne montre pourtant aucune trace de lassitude : feindre est devenue sa nouvelle nature.
Chaque matin il s’asperge d’antiseptique, se rase le moindre poil et met ses faux-crocs, pour sortir dans la nuit éclairée de lueurs blafardes. Difficile de ne pas plisser des yeux dans ses conditions, pourtant le héros y parvient toujours, le contraire signerai son arrêt de mort immédiat.

Le rythme du récit est calme, mais la tension reste toujours tapie au coin des pages, le danger de se trahir étant permanent ; le héros doit constamment trouver des astuces pour cacher sa nature « homiférée » sans que cela paraisse louche.
L’annonce d’une nouvelle traque, et l’élection du héros vient perturber sa routine et le mettre encore plus en danger. Emporté par les formalités qu’il ignorait, il se trouve obligé d’intégrer le cortège qui va le mener à l’Institut pour sa « formation » avant la Traque. Ses ustensiles restent donc chez lui, pas de rasoir, pas d’antiseptique… comment va-t-il faire pour continuer de survivre ?
Une fille de son lycée est également sélectionnée pour participer à la chasse, une fille qui lui plait depuis toujours…

Le nouveau mythe du vampire canon est ici bien amoché : ils mangent comme des porcs en laissant tout couler dans des bavoirs, ils se font craquer les os en signe d’excitation, claquent des dents et bavent comme des animaux. En plus d’être bête ils sont donc sales. Tout est décrit dans le moindre détails et certains sont vraiment originaux.
Les passages où le héros se laisse aller à sa petite humanité sont souvent poétiques ou dramatiquement touchants.

À la moitié du roman, les choses se corsent enfin un peu plus… le héros entre en contact avec les homiférés qui vont bientôt être traqués, comment agira-t-il ?
Je vous laisse le plaisir de le découvrir.
Le rythme du roman accélère enfin à fin jusqu’à un point qu’on imaginait pas. L’action pointent le bout de son nez puis nous entraine dans une course contre la mort. Avec une ultime révélation en guise de conclusion. Bref je vous laisse je vais dévorer le tome 2.

Fiche Livraddict :
logo_livraddictEditions : Lafond
Prix : 15€95

 

Verdict :
Ebook -> je n’aime pas assez ce roman pour vouloir le relire et le mettre dans ma bibliothèque.

Bibliothèque -> je veux pouvoir le voir tous les jours, le prêter pour contaminer les amis, et peut être le relire un jour dans ma vie

Chronique : Traqué, T2 – Andrew Fukuda
Chronique : Traqué, T3 – Andrew Fukuda

Reboot tome 2 : Reset – Amy Tintera

Reset

Reboot tome 2

Amy Tintera

reboot,-tome-2---rebel-496880Wren est morte après avoir reçu trois balles dans la poitrine. 178 minutes plus tard, elle est devenue une Reboot, un robot guerrier. Mais sa rencontre avec Callum, un Reboot 22, lui redonne peu à peu des sensations et des émotions humaines.
Après avoir été formés par la SHER (Société Humaine d’Évolution et de Repopulation), les deux soldats ont réussi à s’échapper et tentent d’atteindre une réserve où les Reboots pourraient vivre librement. Mais la réserve n’a rien de l’Eldorado tant espéré. Micah 163, le chef sanguinaire qui la dirige, a un projet bien plus sombre : anéantir les humains. Pendant des années, il a formé une armée de Reboots et il est maintenant prêt à attaquer. Si L’instinct de Wren la pousse à prendre la fuite une nouvelle fois, Callum ne peut se résoudre à abandonner sa famille humaine aux mains de ces assassins. La rébellion est en marche !

OOO Souvenez vous, à la fin du premier tome, Wren avait réussi trouver le remède pour Callum et à sauver tous les Reboots d’Austin. Ils avaient atterri devant le territoire de la réserve, devant le panneau « Territoire Reboot, humain rebroussez chemin ». Et bien le second tome reprend le récit exactement où on l’avait laissé : juste devant ce fameux panneau défiant les humains.
Face à Micah 163, le chef de la réserve qui vient se présenter, les Reboots d’Austin se rangent tous automatiquement derrière Wren, ce qui fait d’elle le chef de leur petite bande de rescapés… et cela ne plait pas tellement à l’héroïne qui ne souhaite pas être responsable de toutes ces vies.

OOO Contrairement au premier tome où seul le point de vue de Wren nous été donné, le récit est cette fois scindé en deux. En effet, au rythme d’un chapitre sur deux, nous suivrons le point de vue de Callum. Mais comme les deux protagonistes sont très différents il est assez difficile de passer de l’un à l’autre même si on les adore individuellement ; on finit cependant par s’y habituer une fois qu’on connais mieux Callum.
OOO Dès les première pages, l’action ne tarde pas puisque la SHER était déjà aux trousses des Reboots échappés. Le roman commence fort et vite, et c’est formidablement efficace puisque se trouve directement happé par l’histoire. L’action ralentis ensuite jusqu’au milieu du roman où un événement absolument immonde déclenche l’accélération du récit. Les rebondissements s’enchaînent et le rythme reste soutenu jusqu’à la fin.
Très souvent des phrases fortes ouvrent ou ferment le chapitre, généralement des affirmations ou des décisions chocs qui accentuent les faits.

OOO Callum prend plus d’importance dans ce second tome, mais mieux encore, il prend de l’ampleur, jusqu’à arriver au niveau de Wren.
Au départ, il reste un peu naïf comme tout Sous-Soixantes, il s’imaginait que la réserve était un paradis verdoyant rempli de Reboots… mais c’est en fait un petit camp de 127 rebelles. On voit donc là que le jeune homme ne s’est toujours pas départi de son optimisme humain, mais c’est le détail qui fera sa force au fur et à mesure des pages. Au début, je l’avoue, j’ai eu du mal à le considérer comme aussi important que Wren, mais on apprend plus à le connaître et, arrivé à un tournant de l’histoire, le personnage prend la bonne décision et devient un véritable héros.
Grâce aux chapitres alternés, on se rend vite compte que lui seul sait déchiffrer Wren, mais il ne fait que la déchiffrer, il n’est pas totalement sûr de lui. De plus, il comprend et respecte parfaitement l’indépendance de l’héroïne.
OOO Wren, quant à elle, évolue beaucoup aussi, se posant sans cesse la question de savoir si ses pensées sont justes et humaines. Elle n’hésite pas à se confronter à Micah lorsqu’elle estime cela nécessaire, sans pour autant dévoiler son désaccord total avec sa façon de penser et de procéder.
Wren est toujours cohérente : lorsqu’elle se fait par exemple la réflexion qu’elle devrait parler d’un certain sujet avec Callum, elle le fait lorsque l’occasion se présente plus tard.

OOO Les nouveaux personnages sont quant à eux très plaisants. Micah est fou mais on ne s’en aperçoit pas immédiatement ; il n’a pas conscience de la cruauté de ses raisonnements et il entraîne toute la réserve Reboot dans sa logique délirante et injuste. Adina se révèle attachante et grande gueule, elle vient combler le vide laissé par la douce Ever. Tandis que Riley 157 est également très attachant, tout comme Isaac, Gabe etc…
On en apprend plus au sujet de l’épidémie de KDH ainsi que sur la première guerre des Reboots contre les humains. Amy Tintera a aussi ajouté une pointe d’humour dans certains dialogues entre Reboots qui étonnent et amusent.
OOO En revanche j’ai tout de même un grand regret : l’auteure a choisi d’ellipser toutes les grandes batailles, on assiste à aucune d’entre elles, seulement au début et à la fin c’est un peu dommage. Je suis également un peu déçue car, étant donné la fin nette, je doute qu’il y ait un troisième tome.

OOO En conclusion, j’ai A-DO-RÉ ce roman et je pense que je le relirai même plusieurs fois dans ma vie. Ce roman contient tout ce qu’il faut, action, sentiment, leçon d’humanité, rebondissements, environnement dur, évolution des personnages etc. Je le conseille fortement à tous les fans de dystopie, je vous assure que ces deux livres sont la crème de la crème !

Fiche Livraddict :
logo_livraddictEditions : Le Masque
Prix : 17€

 

Chronique du tome 1 : Reboot

Les Substituts, tome 1 – Johan Heliot

Les Substituts

Johan Heliot

les substituts johan heliotDans ce monde-là, la plupart des humains ont été réduits à l’état d’esclaves simples d’esprit. On les appelle les Substituts.

Kia est l’une d’entre eux. Et rien ne la prédisposait à se distinguer.

Mais Kia a découvert en elle une force étrange qu’aucun autre Sub ne possède.

Une force, faite de mots et de phrases, qui pourrait se répandre et devenir une arme redoutable au service de la liberté.

Cette force, c’est la connaissance.

Le temps de la révolte est venu.

OOO Pour ce qui concerne la forme du livre je n’ai que deux petites observations à faire : tout d’abord la couverture est assez étrange et un peu glauque mais elle colle parfaitement au monde décrit dans ce livre-là. En revanche il y a eut une énorme erreur sur la quatrième de couverture : dans le résumé l’héroïne s’appelle Kia alors que dans le livre elle s’appelle Tya !

OOO Pour ce qui concerne le fond, heureusement il y a bien plus à dire.

OOO Les Substituts vivent dans ce qu’ils appellent le Parc ; emmurés et parqués comme des animaux, ils ne réfléchissent pas beaucoup plus qu’eux. En effet on a l’impression que les Hauts ont réduit leurs pensées par la réduction du langage comme dans 1984 de Georges Orwell, car l’héroïne, Tya, ne fait que des phrases très courtes, avec très peu de mots, elle n’utilise aucun synonyme et ne connais que deux couleurs. Mais la terrible vérité est tout autre…
OOO L’histoire commence le jour des quatorze ans de la jeune fille. C’est donc son premier jour de travail chez les Hauts, les dirigeants : des hommes normaux, propres, bien nourris et intelligents. Ces derniers sont très cruels et méchants envers les Sub qu’ils méprisent et utilisent pourtant pour toutes leurs basses besognes. Dans ce monde-là, les Très Hauts contrôlent les Hauts qui contrôlent les Substituts ; et la technologie est si ancienne qu’elle est qualifié de magie.
Au cours de ce premier jour de travail, Tya va apprendre et retenir de nouveaux mots avec ravissement. Mais lorsqu’elle passe les portes du Parc le soir même, elle s’effondre dans une sorte de coma. Le lendemain, Tya se souvient des nouveaux mots de la veille, mais aussi de certains qu’elle n’avait jamais entendu auparavant !
OOO À partir de là, le vocabulaire s’enrichit et l’histoire commence réellement puisque l’héroïne est capable d’appréhender et de comprendre le monde qui l’entoure, ainsi que ces injustices. Tya réfléchit, elle se pose désormais des questions, et les formule parfois à voix haute ; ce qui n’est pas toujours très judicieux puisque son patron va l’envoyer chez un « médecin spécial » pour cette raison. C’est alors que l’impensable se produit : Reg (le fils du patron qui l’a amené chez le médecin) et Tya vont se faire enlever par « la Horde »…
OOO C’est à ce moment-là que tout se déclenche : comme une série de dominos les événements vont se succéder à un rythme soutenu. D’épreuve en épreuve, de découverte en découverte, Tya et Reg vont comprendre que le monde est toujours plus vaste qu’ils ne le pensaient et toujours plus injuste. De nouveaux lieux, de nouvelles règles, de nouveaux personnages, de nouvelles révélations, de nouveaux alliés… tout s’enchaînent presque sans temps mort jusqu’à la fin du roman et les dernières pages prennent une ampleur qu’on aurait jamais imaginé.
Les personnages évoluent en même temps que le récit et en même temps que le style de l’auteur qui s’enrichit au fur et à mesure. On trouve par ailleurs plusieurs leçons de morale au cours des pages, dont certaines sont caractéristiques de l’anticipation : « On croit pouvoir vivre heureux dans l’ignorance, mais c’est un mensonge ».
OOO C’est un formidable roman que nous livre là Johan Heliot, il semble s’agir d’un premier tome mais pour moi l’histoire peut largement se suffire à elle même ; à mon sens la suite peut même s’avérer décevante face à cet excellent scénario.

Fiche Livraddict :
logo_livraddictEditions : Seuil
Prix : 14€50

Dualed – Elsie Chapman

Dualed

Elsie Chapman

dualedDans la ville fortifiée de Kersh, avant d’atteindre son vingtième anniversaire, chaque citoyen doit éliminer son Alter ego, un jumeau génétiquement identique, élevé dans une autre famille. Le compte à rebours se déclenche un beau matin, et chacun a trente petits jours pour affronter son autre moi.

West Grayer est fin prête. Elle a quinze ans, et s’entraîne depuis des mois et des mois pour affronter son Alt. Survivre, c’est accéder à une vie normale, terminer ses études, avoir le droit de travailler, de se marier, de mettre au monde des enfants. Mais un grain de sable imprévu vient gripper la machine, et West se met à douter : est-elle vraiment la meilleure version d’elle-même, celle qui mérite un avenir ? Pour rester en vie, elle doit cesser de fuir… son double d’abord, mais aussi ce qu’elle ressent, et qui a le pouvoir de la détruire.

OOO Nous découvrons la fougueuse West Grayer dans un jour bien sombre. En effet, après avoir perdu son grand-frère et sa petite-sœur – qui n’ont pas réussi à « s’accomplir » (tuer leur double) – elle et son frère restant, Luc, viennent d’enterrer leur père. L’ambiance est morose, et elle s’assombrit plus encore lorsque leur ami commun, Chord, arrive au restaurant avec la spirale de numéros dans l’œil, la spiral signifiant son activation… L’héroïne fait tout de suite preuve de sang froid et on sent qu’elle est prête à se battre pour aider son ami, même si le conseil l’interdit.
C’est ainsi que l’on découvre West Grayer, mais, la suite va totalement déconstruire cette première idée bien nette que l’on a pourtant bien vu dans les première pages.

OOO En effet, le roman en général est mal construit, il est comme désarticulé car il manque beaucoup de choses entre les scènes principales ; il manque les raccords entre les événements qui sont par ailleurs peu développés. Il y a un manque d’explication général, un gros manque de profondeur à tous les niveaux (personnages et histoire).
Les exemples ne manquent pas : West Grayer devient chasseuse du jour au lendemain, et n’y réfléchit pas du tout, le lecteur n’a absolument aucun détails qui l’aide à comprendre la réaction de l’héroïne, et même après coup l’auteure n’y revient pas. En suivant, West va tuer son premier Alt directement après son entretien ; tout se passe extrêmement vite, toujours sans aucune réflexion mentale de sa part. Ces actes ne correspondent pas du tout à l’idée qu’on se fait du personnage à première vue et ce genre d’exemples se répètent tout le long du roman, entremêlant les contradictions et les incohérences.

OOO Je parle aussi d’incohérences car elles sont nombreuses : lorsque West Grayer discute avec le professeur (et j’ai relu le passage au moins dix fois) : à aucun moment il ne lui parle de devenir une chasseuse, il lui parle d’entrainement, de personnes qui peuvent l’aider à s’entraîner, rien d’autre.
Cet exemple illustre parfaitement de manque d’explication car il manque peu de chose pour que l’insinuation soit claire et logique : il manque juste quelques phrases de plus, plus de détails, plus de justification.
OOO Beaucoup de choses sont dérangeantes parce-que mal amenées ou tout simplement pas assez justifiées. Comment West pourrait-elle ressentir la gêne d’avoir été « fabriquée » alors que c’est la normalité de ce monde ? Pourquoi devenir chasseuse, et s’enfuir quand son tour vient ? (Pour la jeune fille qui a poussé Chord à l’action directement après son activation ça ne colle pas.) Pourquoi, durant tout le roman, West se morfond t-elle d’être nulle au lancé de couteau alors qu’elle exécute sa première victime parfaitement avec cette technique ?
Enfin, ce qui m’a le plus surprise et dégoûtée, c’est que l’héroïne ne se rend absolument pas compte qu’elle tue des être humains, elle ne se rend pas compte qu’un Alt est avant tout un humain, pour elle ce n’est qu’une cible, le méchant double de la personne qui l’emploi.

OOO Le roman est donc peu profond, rempli d’incohérences et d’ellipses temporelles qui devraient être comblées par les pensées, les réflexions, les sentiments de West dont la psychologie est finalement à peine ébauchée.
De plus, la justification de la création de cette société n’est pas assez étayée, le système ne parait pas logique. Il ne forme pas une société de tueurs mais une société de traumatisés, car on ne tue pas simplement quelqu’un, on se tue soit même ! West elle-même semble douter de la bonté du système mais, au final, s’y plie sans révolte.

OOO Vous l’aurez compris je m’attendais à beaucoup mieux. C’est un roman assez sympa mais qui manque de tout et partout, je ne comprend pas bien le succès fulgurant qu’il a eut, mais bon après tout si ça plait à d’autres c’est le principal. Peut être que le second tome apportera tout ce qui manque dans celui-ci.

Fiche Livraddict :
logo_livraddictEditions : Lumen
Prix : 15€

L’Élue – Kiera Cass

L’Elue

Kiera Cass

L'Elue - Kiera CassUne seule candidate sera couronnée

Trois cents ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l’oubli. De leurs ruines est née Illeá, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne.

La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles. Déchirées entre amitié et rivalité, les quatre candidates encore en lice resteront liées par les épreuves qu’elles ont dû surmonter ensemble. Entre les intrigues amoureuses et celles de la cour, c’est une lutte de tous les instants pour demeurer fidèles à leurs idéaux. America n’aurait jamais pensé être si près de la couronne, ni du cœur du Prince Maxon. À quelques jours du terme de la compétition, tandis que l’insurrection fait rage aux portes du Palais, l’heure du choix a sonné. Car il ne doit en rester qu’une…

OOO Dès les premières lignes, on découvre une America méconnaissable, elle n’avait jamais été motivée à gagner le cœur de Maxon, tout en tergiversant au sujet d’Aspen. C’est une transformation étonnante, elle « [affecte] une moue de séductrice chevronnée », elle « [minaude] tant est plus »… et puis tout s’effondre d’un coup ! Et on retrouve notre America, plus perdue que jamais, mais pas pour longtemps… Dans ce troisième tome, l’indécision vacille puis disparaît petit à petit. On sait donc bien avant les dernières pages qui America aime vraiment.

OOO Cest un troisième tome parfaitement réussi et bien au dessus des deux précédents. Il y a plus de tout. Plus de politique, plus d’action, plus de rivalité, plus de bouleversements, plus de risques, plus d’idées folles et de scènes qu’on n’aurait jamais osé imaginé ! À la fin du second tome (qui était au même niveau que le premier, selon moi, ni plus ni moins) on attendait beaucoup plus de profondeur dans les autres thèmes que celui du romantisme, et laissez-moi vous dire que l’on est bien servi cette fois ! Un délice d’autant plus appréciable que l’auteure pousse les événements encore plus loin que ce qu’on attendait.
OOO Les relations entre certains personnages changent, parfois de manière spontanée et inattendue, parfois on ne l’aperçoit que du coin de l’œil pour ne le découvrir réellement qu’à la fin.
D’autres personnages des tomes précédents resurgissent inopinément dans le récit et tiennent un rôle politique fort, tandis que d’autres disparaissent malheureusement. Car oui lorsque je dis que « l’auteure pousse les événements encore plus loin » cela implique des morts… Qui l’eut cru !
OOO Les quatre Sélectionnées s’affrontent sans langue de bois, pour ensuite se lier d’amitié plus étroitement encore malgré elles. Et on est encore plus époustouflé par le cran et le sens du devoir et de la justice d’America.

OOO Je suis un peu déçue par son choix final parce-que je préférais « l’autre », mais la façon dont les choses se sont passées l’ont rendu satisfaisant. En revanche le final du roman est explosif, de véritable montagnes russes. Un ré-gal.

Fiche Livraddict :
logo_livraddictPrix : 16€90
Editions : Robert Laffont

Reboot, T1 – Amy Tintera

Reboot

Amy Tintera

 

Reboot, Amy TinteraWren est morte après avoir reçu trois balles dans la poitrine. 178 minutes plus tard, elle est revenue à la vie, plus forte, plus rapide, plus résistante à la douleur et aux émotions. Elle est devenue une Reboot.

OOO C’est dans un un univers casi-carceral que Wren-Cent-Soixante-Dix-Huit a grandi. Même si elle s’est faite tuer à 12 ans les souvenirs d’humains s’estompent… ou se relèguent facilement dans un coin de la tête pour un Reboot. En conséquence Wren se sent chez elle à la SHER (Société Humaine d’Evolution et de Repopulation), elle passe ses journées à l’entrainement et ses nuits à traquer, voir tuer des ennemis d’états. Wren est forte, elle ôte la vie sans états d’âmes, et traque avec plaisir.
OOO Mais tout change lorsqu’elle rencontre Callum-Vingt-Deux, un numéro si faible qu’il n’aurait pas du survivre à la première semaine d’entrainement avec Lissy ; alors avec une bonne vieille technique d’humain, Callum réussi à convaincre Wren-Cent-Soixante-Dix-Huit de le prendre comme recrue, à la place du numéro le plus élevé (ceux qu’elle prend habituellement).

OOO J’ai adoré ce roman. L’univers y est si dévasté, si sale et si dure. L’auteure ne prend pas de gants et dépeint un monde post-apocalyptique désastreux où le clivage de la société est extrême, et la vie injuste. Au départ Wren-Cent-Soixante-Dix-Huit se prend pour un monstre, elle ne ressent rien (ou pense ne rien ressentir), elle distribue des coups sans pitié, la mort est son quotidien, elle fait peur à tout le monde, même aux autres Reboot, elle se trouve donc totalement isolée.
Mais Wren n’a pas conscience de grand-chose, elle éprouve de faibles émotions sans en avoir conscience, elle pense donc qu’elle n’éprouve rien ; elle n’a pas conscience que son isolement l’attriste par exemple, elle trouve la situation normale et ne pense pas qu’elle puisse changer. En fait Wren ne réfléchi tout simplement pas, elle ne pense pas par elle-même.
Mais tout cela va changer, et beaucoup plus vite que vous le croyez. Ces petites émotions vont prendre de l’ampleur et avec elles les doutes. Lorsqu’elle rencontre Callum, en un clin d’œil les prémisses du changement de font sentir. Mais le déclic s’effectue réellement après une humiliation. À partir de là Wren va ouvrir les yeux petits à petits, sur ses propres sentiments, puis sur le monde extérieur. Quel mal ont réellement fait les « ennemis » d’états ? Pourquoi n’existe t-il pas de Reboot adulte ?
OOO J’ai trouvé les autres personnages sont tout aussi intéressant. Ever est adorable tandis Callum est gentil. Son numéro si faible en fait pratiquement un humain et il a du mal à appréhender la nouvelle réalité de son corps et de sa vie. À la SHER si on n’obéit pas, on ne réfléchit pas : on tue. Une désobéissance équivaut à une mort certaine ; ce qui va poser problème car Callum reste bien humain…

OOO Le roman est très bien décrit, il est facile de se projeter dans l’histoire ; mais ce livre se caractérise surtout par son rythme extrêmement soutenu. Sans s’en rendre compte on avale les trois quart du bouquin et on se dit « ah mais j’ai presque fini ! ». J’ai rarement lu un livre aussi vite tellement il est prenant et intéressant. C’est ce qui m’a le plus surpris et marqué parce-que je ne m’attendais pas à ces que les événements s’enchaînent aussi rapidement.
Lorsque je suis arrivée aux dernières pages je me suis dis que ce premier tome pouvait se suffire à lui-même. Mais bon comme il va y avoir un second tome on ne va pas refuser une tel cadeau ! J’espère que « Reset » sera donc à la hauteur du premier tome.
OOO Le côté excitant aussi c’est que plus l’humain met de temps à rebooter, plus il est puissant ensuite, Wren-Cent-Soixante-Dix-Huit est donc ultra impressionnante, les balles ne lui font aucun effet et elle cicatrise presque instantanément !
OOO Une petite déception tout de même, je trouve que le terme « reboot » est quelque peu biaisé puisque ce n’est pas l’homme qui remet en marche le corps de force mais un virus contracté par la victime. Si une personne a eut le KDH et qu’elle n’en meurt pas, alors à sa future mort la personne se relèvera quand même d’entre les morts quelques minutes plus tard ; ce qui en fait finalement des morts-vivants…

Fiche Livraddict :

logo_livraddict

Édition : Le Masque
Prix : 17 €

 

PS : Pour le résumé j’ai fait le choix de ne mettre que les trois première phrases car elles ont suffit à m’accrocher.

Chronique tome 2 : Reset

Previous Older Entries