Traqué Tome 2 – Andrew Fukuda

Traqué

Tome 2

Andrew Fukuda

 

« L’espèce humaine a été rayée de la carte il y a des générations de cela. Les crépusculaires sont les maîtres du monde. Et nous n’avons jamais réussi à le leur reprendre. »

Pourchassés par leurs prédateurs, Gene et Sissy tentent coûte que coûte de rejoindre la terre promise, un havre de paix où ils seront enfin en sécurité.

Suivant la piste laissée par le Scientifique, ils découvrent alors la Mission. Cette colonie de rescapés humains pourrait bien être l’Éden tant espéré. Accueillis en héros, ils vivent pour la première fois parmi les leurs. Mais les apparences sont trompeuses, et bien vite Gene se demande si ce nouveau monde n’est pas aussi maléfique que celui qu’il vient de fuir…

Souvenez-vous, à la fin du premier tome : Gene avait été démasqué à la dernière minute. Ashley June s’était sacrifié pour le sauver et ce dernier avait réussi à fuir avec les autres homiférés, le cœur brisé d’abandonner la seule humaine qu’il n’avait connu que quelques heures.
Nous retrouvons donc le héros et ses compagnons à bord du radeau salvateur. Epuisés et sans nourriture, ils finissent par s’arrêter pour chasser et pouvoir manger. C’est à cette occasion que Gene découvre un portrait familier dans le carnet de dessin de l’un des garçons, très familier…
Bouleversé, il reste cependant de marbre. Conservant ses réflexes de vampires, Gene ne se livre pas facilement. La petite troupe finit par découvrir un village niché au cœur des montagnes. Mais est-ce réellement le paradis prétendu ?

Le héros évolue énormément au cours de ce second tome, bien plus qu’on ne l’aurait imaginé. Il passe du statut de maître menteur à humain, puis d’humain à celui d’humain brave, et enfin il se meut en héros.
Gene évolue vite et ça surprend, il parvient même à plaisanter en de rares occasions. On le savait courageux pour avoir survécu à sa vie chez les monstres, mais là, on le découvre brave. Il se bat et montre qu’il a du caractère (caractère dont nous lecteurs n’avions jamais eu conscience puisque son mode de vie dans le tome précédent ne lui permettait pas de l’exprimer). On est donc d’autant plus surpris et on l’apprécie bien plus comme cela, on se sent plus proche de lui.
Les autres quant à eux sont également intéressant, Ben le petit dernier attise notre empathie, Epap notre antipathie, et Sissy se dévoile une redoutable guerrière, plus fine lame et futée que ses compagnons.

Non seulement nous découvrons les nouveaux personnages, mais en plus les relations entre eux et Gene évoluent aussi tout le long du roman, ce qui corse parfois leur dangereuse épopée.
Les flashbacks se font plus rare car moins utiles, et on apprécie ce retrait au profit du récit.
Récit par ailleurs bien différent du premier tome : en effet l’auteur renouvelle parfaitement ce second tome bien plus animé que le précédent. Ici pas de tensions latentes, mais de multiples tensions, accrochages et véritables actions. L’histoire est plus que mouvementée, autant en action qu’en révélations et en suspens. En fait le récit bascule dans un rythme plus soutenu au fur et à mesure des événements, et il finit dans une gerbe d’action pétaradants dans tous les coins. Le dernier quart du roman est explosif, vous être prévenu.

Bref Andrew Fukuda a réussi le pari de nous surprendre à tous les niveaux.
Le récit est plus riche en personnages, en révélations, en rebondissements : en résumé ce second tome est bien plus vivant que le premier.
On notera aussi l’intéressante mise en abyme de la dystopie dans ce roman…

Chronique Tome 1 : Traqué T1 – Andrew Fukuda
Chronique Tome 3 : Traqué T3 – Andrew Fukuda

Fiche Livraddict :
Editions : Lafont
Prix : 7€ (poche)

Verdict :  Ebook         Bibliothèque

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Traqué, tome 1 – Andrew Fukuda

Traqué

Tome 1
Andrew Fukuda

Traque_Tome_1_hd« À dire vrai, je ne pense pas qu’il reste un seul d’entre nous. À part moi. Voilà ce qui arrive quand on est un mets délicat. Une drogue dure. L’espèce s’éteint. »

Gene est l’un des derniers humains sur Terre. Son seul moyen de survie : se faire passer pour l’un de ses prédateurs. Ne pas rire, ne pas transpirer, ne pas montrer qu’il est un « homiféré ». Cela fait dix-sept ans qu’il se fond parmi ceux qui n’hésiteraient pas à le tuer s’ils découvraient sa véritable nature.
Chaque décénnie, le gouvernement organise un immense jeu où une poignée de privilégiés peuvent pister et dévorer les rares humains retenus en captivité pour l’événement. Sélectionné pour traquer les siens, Gene ne peut commettre le moindre faux pas. D’autant qu’une mystérieuse fille éveille en lui des sentiments qu’il n’a pas le droit d’avoir. Des sentiments qui pourrait le trahir.
Gene a la rage de vivre… mais vaut-elle le prix de son humanité ?

Encore une bit-lit sur fond dystopique, décidément ce mélange me fait craquer.
Dans ce roman on écoute donc le dernier survivant humain nous raconter son histoire, comment sa mère et sa sœur ont d’abord disparue, puis son père, lorsqu’il avait sept ans. Il nous raconte comment il survit, ce que son père lui a appris : ne pas rire, ne pas chanter, ne pas hausser les sourcils, ne pas éternuer, ne pas sourire… Le monde est donc l’opposé de la nature humaine : gris et terne, dominé par les vampires.
Des vampires qui ne doivent apparemment leur prédominance aujourd’hui qu’à leur nombre puisqu’ils sont tous plus stupides les uns que les autres. Le héros doit constamment se rabaisser à leur niveau afin de ne pas se faire remarquer. Il ne montre pourtant aucune trace de lassitude : feindre est devenue sa nouvelle nature.
Chaque matin il s’asperge d’antiseptique, se rase le moindre poil et met ses faux-crocs, pour sortir dans la nuit éclairée de lueurs blafardes. Difficile de ne pas plisser des yeux dans ses conditions, pourtant le héros y parvient toujours, le contraire signerai son arrêt de mort immédiat.

Le rythme du récit est calme, mais la tension reste toujours tapie au coin des pages, le danger de se trahir étant permanent ; le héros doit constamment trouver des astuces pour cacher sa nature « homiférée » sans que cela paraisse louche.
L’annonce d’une nouvelle traque, et l’élection du héros vient perturber sa routine et le mettre encore plus en danger. Emporté par les formalités qu’il ignorait, il se trouve obligé d’intégrer le cortège qui va le mener à l’Institut pour sa « formation » avant la Traque. Ses ustensiles restent donc chez lui, pas de rasoir, pas d’antiseptique… comment va-t-il faire pour continuer de survivre ?
Une fille de son lycée est également sélectionnée pour participer à la chasse, une fille qui lui plait depuis toujours…

Le nouveau mythe du vampire canon est ici bien amoché : ils mangent comme des porcs en laissant tout couler dans des bavoirs, ils se font craquer les os en signe d’excitation, claquent des dents et bavent comme des animaux. En plus d’être bête ils sont donc sales. Tout est décrit dans le moindre détails et certains sont vraiment originaux.
Les passages où le héros se laisse aller à sa petite humanité sont souvent poétiques ou dramatiquement touchants.

À la moitié du roman, les choses se corsent enfin un peu plus… le héros entre en contact avec les homiférés qui vont bientôt être traqués, comment agira-t-il ?
Je vous laisse le plaisir de le découvrir.
Le rythme du roman accélère enfin à fin jusqu’à un point qu’on imaginait pas. L’action pointent le bout de son nez puis nous entraine dans une course contre la mort. Avec une ultime révélation en guise de conclusion. Bref je vous laisse je vais dévorer le tome 2.

Fiche Livraddict :
logo_livraddictEditions : Lafond
Prix : 15€95

 

Verdict :
Ebook -> je n’aime pas assez ce roman pour vouloir le relire et le mettre dans ma bibliothèque.

Bibliothèque -> je veux pouvoir le voir tous les jours, le prêter pour contaminer les amis, et peut être le relire un jour dans ma vie

Chronique : Traqué, T2 – Andrew Fukuda
Chronique : Traqué, T3 – Andrew Fukuda